La Trois

Portrait : Anna Karina, de la petite fugueuse de Copenhague à la grande artiste

Anna Karina

© © Tous droits réservés Getty images

14 janv. 2022 à 14:23Temps de lecture2 min
Par Fanny Guéret

En 2019, Anna Karina quittait ce monde, laissant une empreinte au fer rouge sur le monde du 7ème art et de la chanson. Mais en 2017, elle participait au documentaire de son dernier mari, le réalisateur américain Denis Berry, récemment parti la rejoindre. Un film magnifique, en forme de déclaration d’amour à l’icône de la Nouvelle Vague, et qui raconte son parcours de vie incroyable. Un portrait à avoir absolument sur La Trois

Anna Karina, souviens-toi

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

 

Dans une salle de cinéma, elle regarde défiler des extraits de ses films et les moments importants de sa vie, tantôt avec émotion, tantôt en les enrichissant de ses propres commentaires. Une émotion communicative sur le destin de vie de cette femme talentueuse et à l’aura magnétique.

C’est un portrait on ne peut plus complet que donne à voir le réalisateur, depuis la naissance d’Anna Karina, dans le contexte de guerre d’un Danemark occupé par les nazis, une enfance dans un contexte familial très rude, jusqu’à sa fugue pour Paris à l’âge de 17 ans.

On ne manque aucune rencontre : Coco Chanel, durant les débuts d’Anna Karin Bayer de son vrai nom, comme mannequin, son premier face-à-face avec Jean-Luc Godard "qui lui faisait peur" et qu’elle enverra sur les roses pour A bout de souffle, et plus tard la grande passion qu’elle vivra avec lui et ses premiers pas dans Le Petit Soldat en 1960. Elle et Godard se marient l’année suivante. La jeune actrice perfectionne son français et travaille dur pour son premier grand rôle : Ce soir ou jamais de Michel Deville. Elle tournera ensuite dans Une Femme est une femme de Godard au côté de Belmondo et ce film va la révéler et lui permettre d’enchaîner les rôles dans de nombreux films, pour Godard bien sûr, mais aussi pour Pierre Gaspard-Huit, Roger Vadim, Agnès Varda, Jacques Rivette, Luchino Visconti, Jean Aurel, André Delvaux… sans oublier sa rencontre avec Serge Gainsbourg qui lui écrira la comédie pop Anna, dans laquelle elle chante le tube Sous le soleil exactement. Une carrière qu’elle poursuivra ensuite à l’international.

On réalise à quel point Anna Karina était une femme moderne, d’une classe folle, libre, et aux multiples talents : des rôles au théâtre, une casquette de réalisatrice, de romancière, et l’un de ses grands amours, la chanson, dont elle a souvent posé la voix dans les films, et sur laquelle elle reviendra avec cette fois un album avec Philippe Katerine.

Anna Karina, souviens-toi, c’est ce vendredi 21 janvier à 20h30 sur La Trois.

Anna Karina, souviens-toi

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous