Regions Liège

Potirons, butternuts et autres grosses courges véganes, à Vivegnis : une année exceptionnelle

Du foin et des déchets de bois broyés pour fertiliser les sols : les grosses courges s’en portent à merveille

© Michel Gretry

Ce n’est pas encore la période d’Halloween, mais les cultivateurs végans de Vivegnis sont à pied d'œuvre. La récolte est abondante, sans doute cinq tonnes sur les deux parcelles de mille m² chacune. La sécheresse de cet été n’a pas compromis la croissance de ces légumes pourtant gourmands en eau. La méthode, pour les faire pousser, se refuse à tout apport d’origine animale. Pas de fientes de volaille, pas de poudre d’os, pas de sang de bestiaux. Ce sont des foins, fauchés dans des prairies voisines, mis gratuitement à disposition, et des débris de branchages fournis par l’intercommunale Intradel qui servent à régénérer les sols.

Comme l’explique Benoît Noël, l’un des promoteurs de ce projet VTopia, " ça va très vite, ces matières organiques sont épandues, nourrissent les vers de terre, qui apportent de l’azote et des nutriments divers et ça dope réellement la fertilité : nous n’avons jamais eu un si beau champ de courges."

A tel point qu’il apparaît dès à présent que les circuits utilisés jusqu’ici pour commercialiser la production, l’autocueillette, les paniers par abonnements et le dépôt dans quelques magasins, ne vont pas suffire surtout en ces temps de crise pour le commerce de détail en circuit court. Des collaborations sont envisagées pour "donner" pour fournir des associations d’aide aux plus précarisés ou des soupes populaires. Ce qui pose tout le problème de la gratuité, parce qu’il faut quand même de l’argent pour que ce maraîchage végan continue à prospérer.

Benoît Noël, agronome et cultivateur végan

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Envie de potirons ou d’aller les cueillir vous-même ? Découvrez ces 3 adresses

Vivre Ici

Articles recommandés pour vous