RTBFPasser au contenu
Rechercher

Pour assurer la sécurité alimentaire, la Wallonie autorise exceptionnellement une série de cultures sur les terres en jachère

25 avr. 2022 à 10:50Temps de lecture1 min
Par Belga
Le gouvernement wallon a décidé d'autoriser exceptionnellement cette année la culture de terres en jachère, pour toute une série de cultures, du maïs au soja en passant par la luzerne et les pois. La Wallonie fait ainsi usage de dérogations autorisées par la Commission européenne en réaction à la guerre en Ukraine, dans le but d'assurer la sécurité alimentaire du continent et du reste du monde. La Commission européenne a validé les dérogations wallonnes vendredi, a indiqué lundi le cabinet du ministre de l'Agriculture Willy Borsus.

En mars, la Commission avait décidé un paquet de mesures pour assurer la sécurité alimentaire, face à la hausse des prix de l'énergie, engrais et matières premières, ainsi que l'invasion russe de l'Ukraine, "grenier à blé" de l'Europe. En ce qui concerne les terres mises en jachère, la Commission a introduit une possibilité de dérogation "exceptionnelle et temporaire", pour "autoriser la production de toute culture destinée à l'alimentation humaine et animale (...), sans incidence sur le niveau du paiement vert en faveur des agriculteurs", avait-elle communiqué. Le but étant d'accroitre temporairement la capacité de production sur le sol européen. 

Côté wallon, il a été décidé d'autoriser le pâturage, la moisson à des fins de production et la culture des terres en jachère, pour une liste déterminée de cultures, sans que cela n'affecte le paiement "verdissement" destiné à l'agriculteur ou ses obligations en matière de diversification ou de mise en place de surfaces d'intérêt écologique. Une liste de codes culture a été établie. 

En revanche, le gouvernement wallon maintient l'interdiction d'utiliser des produits phytopharmaceutiques sur les terres en jachère, y compris donc celles qui seront exceptionnellement cultivées en cette année 2022.

Sur le même sujet

Réchauffement et agriculture intensive, combinaison fatale aux insectes, selon une étude

Biodiversité

Climat : l'alimentation "doit être mise sur la table", plaide une experte

Climat

Articles recommandés pour vous