Regions Liège

Pour les directions d'école, c'est déjà la rentrée. Exemple à Dolembreux et à l'Athénée Royal de Fragnée

La directrice de l'école Saint-Joseph de Dolembreux est sereine à l'heure de reprendre le chemin de son école

© RTBF

17 août 2020 à 06:31 - mise à jour 17 août 2020 à 06:31Temps de lecture2 min
Par Olivier Thunus

La rentrée scolaire, c’est pour le 1er septembre, mais pour les directions d’école, certains enseignants et le personnel administratif, c’est ce lundi. Dans un contexte forcément particulier et avec des incertitudes sur les mesures à prendre. 

On a beaucoup travaillé en mai et juin, c'était une bonne répétition générale

Cela n’empêche pas Véronique Hanssen, la directrice de l’école Saint-Joseph de Dolembreux, dans la commune de Sprimont, d’être sereine à l’heure de reprendre le chemin de l’école: "C’est assez sereinement que j’imagine la reprise. Après, il va falloir lire toutes les directives qui nous seront données à mon avis très régulièrement d’ici le 31 août, mais nous avons beaucoup travaillé pour reprendre l’école en mai et juin. C’est une bonne répétition générale et donc nous allons poursuivre de la même manière, en espérant qu’on va vraiment pouvoir accueillir tous les enfants dès le 1er septembre", précise-t-elle.

Quant aux premières tâches qui attendent la directrice ce lundi: "Ouvrir les mails, voir tout ce qui aura pu être envoyé et que je n’ai pas lu pendant mes vacances parce que j’avais vraiment besoin de faire une coupure, et puis ressortir les gels hydroalcooliques pour toutes les personnes qui passeront la porte de l’école dès ce lundi, refaire tout l’affichage et veiller à ce que toutes les règles de sécurité soient mises en place dès lundi matin", détaille la directrice.

On doit maintenant informer les parents et les élèves

Du côté de l'Athénée Royal de Fragnée, à Liège, on est aussi plutôt serein pour cette rentrée. Reinette Guelfi, la directrice: "C'est un état d'esprit assez calme et serein parce que, contrairement à ce qu'on a vécu aux mois de mai et juin, le cadre dans lequel on doit rentrer est nettement mieux défini puisqu'on sait très bien vers où on doit aller. Les circulaires ministérielles et les modalités du réseau arrivent à temps cette fois-ci. Chez nous, tout est déjà en place. On doit juste maintenant assurer la communication vers les parents et les élèves, les informer par exemple aussi qu'il n'y aura pas d'examen au mois de décembre, ça va être une évaluation continue. Ce qui est un peu dans l'expectative, c'est comment on va bien vérifier l'obligation scolaire".

 

Articles recommandés pour vous