RTBFPasser au contenu

Pour ses dix ans, l'atelier ciné-photo de Molenbeek jette un coup d'œil dans le rétroviseur

Pour ses dix ans, l'atelier ciné-photo de Molenbeek jette un coup d'oeil dans le rétroviseur, avec une expo
22 déc. 2020 à 16:49 - mise à jour 22 déc. 2020 à 16:493 min
Par Aline Wavreille

Vous les avez peut-être découvertes il y a peu: des photos géantes s'affichent sur la façade de l'ancien café Brass'art de Molenbeek. Elles marquent et résument les 10 ans de l'atelier ciné-photo de la Maison des cultures de Molenbeek. Depuis 10 ans, cet atelier invite les jeunes Molenbeekois à s'exprimer et à se frotter à des mondes qui pourraient sembler parfois un peu loin d'eux.

Puissance Molenbeek 

Sur la façade de l'ancien café Brass'art: des clichés géants. On y voit des portraits de jeunes sportifs et sportives sur les fenêtres des étages. Yousra a 19 ans, elle a participé à la réalisation de l'une des photos et nous en explique les coulisses: "C'est une petite fille qui joue dans un club de hockey. Au début, elle était très mal à l'aise pendant le shooting. Moi, je devais la guider dans ses mouvements, essayer de la déstresser et la photographe elle essayait de capturer le bon moment. Et on est arrivé à cette photo"! 

Amina, elle fait des allers et retours d'un côté et de l'autre de l'appareil. Lors de ce projet "Puissance Molenbeek", cette footballeuse a pris la pose, balle en équilibre sur la tête: "Je suis dans le projet et j'aime beaucoup la photo, j'aime que l'on me prenne en photo et prendre en photo. J'aimerais beaucoup faire ça plus tard"! 

Le projet "Puissance Molenbeek"
Le projet "Puissance Molenbeek" Atelier ciné-photo de la Maison des cultures de Molenbeek

Immortaliser ses voisins, son quartier, offrir une autre image que celle qui circule parfois: c'est le fil rouge de l'exposition qui remet dans la lumière les projets qui ont rythmé ces 10 dernières années: "Inspiring Art",  plusieurs portraits d'artistes Molenbeekois, "Regards croisés" avec deux générations de Molenbeekois, "Faces Molenbeek", épingle Zakaria El Bakkali, le responsable de l'atelier. "Il y a aussi eu un projet piloté par Plantu". 

Un espace de parole

"Faces Molenbeek", c'est celui que Maya, 22 ans, préfère. Elle participe à l'atelier ciné-photo depuis 7 ans: "Ce sont ces 100 portraits de Molenbeekois le long du canal. Un projet réalisé après les attentats. On a pris de nombreux Molenbeekois dans une période stressante, on leur a fait faire des grimaces devant des fonds colorés. Ca allait à contresens avec tout ce qui avait autour de nous, ça j'ai adoré!" [...] 

"L'atelier, ça m'a appris à avoir un espace de parole. Et je ne m'y attendais pas, parce que je pensais que l'on allait juste faire de la photo. J'ai rencontré des personnes avec lesquelles je ne pensais pas devenir ami.es. Et puis j'ai grandi dans un environnement où l'art n'était pas forcément la première expression, même si on allait voir des expos et si on faisait des visites historiques". 

Le projet "Faces Molenbeek"
Le projet "Faces Molenbeek" L'atelier ciné-photo de la Maison des cultures de Molenbeek

"Vous aussi, vous avez du talent!"

"Souvent si on ne vient pas d'un milieu où on n'a pas un photographe, un journaliste dans sa famille, on ne s'imagine pas que l'on peut aussi avoir accès à ce genre de métiers", poursuit Johanna de Tessières, photo-journaliste et animatrice de l'atelier. "Donc à la Maison des cultures, on leur dit: 'vous aussi vous avez du talent', 'vous aussi vous pouvez réussir et on va montrer ce que vous savez faire'. Il y a d'ailleurs plusieurs jeunes de l'atelier qui aujourd'hui sont inscrits dans de grandes écoles de cinéma de photo". 

Et d'ailleurs, pendant la durée de ce reportage, Hashem tournait autour nous, caméra au poing. Il veut devenir "le premier réalisateur de Molenbeek au Festival de Cannes". 

"Du beau dans quelque chose de banal"

Ouvrir les horizons de ces jeunes, c'est l'un des objectifs de cet atelier. Qu'ils se frottent à des univers qui ne leur sont pas familiers. Mais ce n'est pas le seul.

"On voit que l'image, ça traverse tout l'univers de la vie quotidienne des jeunes", explique Zakaria El Bakkali, responsable des ateliers ciné-photo de la Maison des cultures à Molenbeek. "C'est leur langage, la journée commence avec Instagram et elle se termine avec Facebook. Mais c'est une autre question: comment utiliser cette image pour mieux raconter des histoires, exprimer leur vie, raconter des choses intéressantes".

"Ces jeunes ne sont pas seulement consommateurs mais aussi producteurs d'images. Ils me disent: 'aujourd'hui, j'ai filmé mon quartier. Je ne l'avais jamais vu comme ça!' Une fois qu'on met l'œil dans le viseur, le même quartier que tu traverses chaque jour est différent que quand on le regarde avec les yeux".

"C'est comme si on pouvait voir quelque chose de beau dans quelque chose de banal", reformule Maya. En 10 ans, plus d'une centaine de jeunes sont passés par cet atelier.

"Inspiring Art"
"Inspiring Art" Atelier ciné-photo de la maison des cultures de Molenbeek

L'exposition est à voir jusqu'au 31 janvier à la Maison des cultures de Molenbeek et sur la façade de l'ancien café Brass'art sur la place communale de Molenbeek. 

Articles recommandés pour vous