Monde

Pourparlers sur l'Ukraine : le Kremlin juge "prématuré" de parler d'un sommet Poutine-Biden

© AFP or licensors

21 févr. 2022 à 09:25 - mise à jour 21 févr. 2022 à 13:57Temps de lecture2 min
Par Belga

Le Kremlin a jugé lundi "prématuré" de parler d'un sommet des présidents Vladimir Poutine et Joe Biden, annoncé pourtant par la France pour désamorcer la crise russo-occidentale autour de l'Ukraine et le danger d'une invasion russe.

"Il y a une entente sur le fait de devoir continuer le dialogue au niveau des ministres (des Affaires étrangères). Parler de plans concrets d'organisation de sommets est prématuré", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Une rencontre est possible si les chefs d'État (russe et américain) le jugent utile", a-t-il ajouté, relevant que MM. Biden et Poutine ont toujours la possibilité "quand c'est nécessaire" de se parler "au téléphone ou d'une autre manière".

Vladimir Poutine doit présider lundi à la mi-journée une réunion de son Conseil de sécurité, puissant organisme qui regroupe les principaux décideurs russes, notamment les dirigeants de l'armée et des services de renseignements.  

La présidence française avait annoncé dans la nuit de dimanche à lundi que MM. Biden et Poutine avaient chacun "accepté le principe d'un tel sommet", précisant que ces pourparlers seraient ensuite élargis à "toutes les parties prenantes" à la crise ukrainienne à condition que la Russie n'attaque pas son voisin ukrainien.

Cette annonce intervenait après que le président Emmanuel Macron eut parlé deux fois au président russe et à une reprise avec le dirigeant américain.

Précisions de l'Elysée

Suite aux déclarations du Kremlin, l'Elysée a précisé : "Aujourd'hui, les conditions du dialogue existent. Il est possible d'aller vers un sommet, de réunir les parties prenantes, de négocier l'ordre du jour de cette discussion". "Maintenant, il s'agit pour le président Poutine de faire son choix. Il en la possibilité", a encore ajouté l'Elysée.

Selon la présidence française, le Kremlin et la Maison Blanche sont bien d'accord sur le fait qu'un certain nombre de conditions doivent encore être réunies pour la tenue d'une telle rencontre.

Ces conditions sont "pas d'invasion russe de l'Ukraine et que les ministre russe et américain des Affaires étrangères puissent travailler à la substance de ce qui devra être discuté dans un sommet", a dit l'Elysée.

Le Russe Sergueï Lavrov et le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken doivent se voir jeudi en Europe pour en parler.
 

 

 

 

Ukraine: reportage JT du 19/02/2022

Sur le même sujet

Ukraine et Russie : une guerre de communication

Monde

Le nickel atteint un prix record depuis 2001, à cause des tensions en Ukraine

Economie

Articles recommandés pour vous