Chroniques Culture

Pourquoi dit-on qu’on est "médusé.e" ?

Scène culte de "Astérix et Obélix mission Cléopâtre" (2002)
18 déc. 2021 à 08:00Temps de lecture1 min
Par Romane Carmon

"Je suis médusé", ce sont les mots de Barbe Rouge dans cette scène culte d’Astérix et Obélix, mission Cléopâtre, mettant en scène les pirates regardant leur bateau sombrer en dérivant sur un radeau de fortune. D’ailleurs, c’est un petit clin d’œil artistique d’Alain Chabat qui fait référence au célèbre tableau de Théodore Géricault, "Le radeau de la Méduse" (1819).

Être médusé, une expression utilisée depuis 1838 qui signifie être stupéfait, ou dans un état d’extrême peur. Y a-t-il un rapport avec l’animal visqueux et urticant ?

Loading...

Que nous dit la mythologie grecque ?

Bien que son utilisation ait été attestée en 1838, on retrouve déjà cette expression dans la plume des poètes du XVIIe, férus de mythologie gréco-romaine.

Méduse était l’une des trois Gorgones, qu’Homère présente comme des monstres dans sa célèbre Odyssée. Jalouse de sa beauté, Neptune l’avait transformée en une créature ignoble, avec des serpents en guise de cheveux.

Des trois Gorgones, Méduse était la plus dangereuse, car elle avait le pouvoir de transformer en pierre quiconque la regardait dans les yeux.

Pour mettre fin à son pouvoir néfaste, Persée, héros d’origine argienne utilise son bouclier comme d’un miroir à travers lequel Méduse se pétrifie d’elle-même.

Sur le même sujet

Connaissez-vous l’origine de l’expression "qui m’aime me suive" ?

Chroniques Culture

Articles recommandés pour vous