Le 6/8

Pourquoi faut-il bien mastiquer ses aliments ?

03 oct. 2022 à 11:52Temps de lecture3 min
Par Philomène Parmentier

Mâche lentement, mange doucement, tu manges trop vite, etc. Pourquoi nos grands-parents et parents insistaient autant ? Réponse avec Oumaïma Kasmi, nutritionniste, dans Le 6/8.

La bouche est le premier lieu où commence la digestion, le premier lieu où entrent les nutriments, c’est le "sas" de notre santé.

Dans la bouche, dents, gencives, salive, langue, tous participent à cette digestion qui démarre. Les dents ont un rôle mécanique pour couper, et la salive un rôle chimique c’est-à-dire qu’elle contient des substances qui démarrent la digestion, notamment des glucides, d’où l’importance de laisser les aliments s’imprégner de cette salive.

Manger très vite

C’est un problème de santé car quand vous mangez vite, que vous avalez des aliments tout ronds qui n’ont pas passé suffisamment de temps sous vos dents et dans votre salive, ils arrivent dans votre estomac en gros morceaux et ça lui complique énormément la vie.

En retour, il peut vous donner des maux de ventre, une fatigue postprandiale, ça peut aussi perturber votre transit avec potentiellement la survenue de ballonnements ou des remontées acides.

En plus, votre estomac n’aura pas le temps de tout liquéfier donc des petits morceaux vont arriver dans l’intestin.

Votre intestin n’aime pas trop

Normalement l’intestin est censé recevoir plutôt une bouillie liquide. En mangeant trop vite, vous vous exposez aux troubles cités ci-dessus mais cela va aussi impacter votre assimilation de nutriments.

C’est dommage de bien manger de manière qualitative, d’acheter de bons produits, et de ne pas pleinement profiter des nutriments de votre assiette.

Est-ce qu’on risque des carences ?

Vous risquez des carences surtout en vitamines et minéraux, en plus d’une irritation intestinale et d’une flore B dans les choux, ce qui va accentuer le phénomène et peut même donner lieu à des intolérances. C’est un terrain favorable pour l’apparition de la fatigue chronique entre autres. Et cela peut même favoriser la prise de poids.

Parce qu’en mangeant vite, on mange plus ?

Pas vraiment, en tout cas pas toujours. En fait ce que vous risquez en avalant trop vite c’est d’entraîner un mauvais métabolisme des graisses corporelles, donc une mauvaise mastication favorise une prise de poids, le fameux petit bidou qui vous embête alors que globalement, votre poids et stable et sain. A l’inverse, une bonne mastication favorise la perte de poids.

Parce que quand on prend le temps de mastiquer, on envoie un message au cerveau pour lui dire qu’on a assez mangé ce qui fait qu’on mange à sa faim mais sans excès. En plus, quand le cerveau reçoit cette information, il va produire de l’histamine qui va notamment aider dans le métabolisme des graisses corporelles et leur déstockage.

© Tous droits réservés

Et le plaisir dans tout ça ?

Justement, quand on mâche, on génère plus de plaisir, car les papilles gustatives ont le temps de faire leur job, d’assimiler tous les goûts qui lui sont offerts, d’autant que les goûts évoluent durant la mastication pour offrir davantage de saveur et d’arômes donc on fait comme les bébés, on savoure lentement.

Et au niveau bucco-dentaire

Si vous ne vous servez pas suffisamment de vos dents, vous risquez aussi de créer une inflammation, qui peut causer un déchaussement, et une prolifération bactérienne aussi en plus de tous les soucis digestifs déjà mentionnés.

Selon certaines études, il faudrait mâcher 20 fois chaque bouchée. Trois crocs ne suffisent pas. Pour être sûr que vous ayez mâché suffisamment, dites-vous que la consistance dans votre bouche doit être proche de la bouillie et qu’une bouchée mérite certainement d’être mâchée 10 fois au moins. On ne va pas non plus se mettre à compter mais un repas ne peut pas durer moins de 20 minutes Pour que les signaux de satiété arrivent, il faut compter 20 minutes, et donc ça, c’est déjà un bon repère.

On prend le temps entre 2 bouchées, quitte à poser la fourchette pendant qu’on mâche.

Ce qui est également important, et ça des études le prouvent, c’est d’être présent, conscient de ce qu’on mange, donc pas de repas devant l’ordi ou sur son téléphone, encore moins s’il s’agit de boulot.

On consommerait d’ailleurs 25% de plus que nos besoins en mangeant dans le bruit et l’agitation.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous