RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Pourquoi l'essence coûte-t-elle à nouveau plus cher que le diesel?

Question du jour : Pourquoi l'essence coûte-t-elle à nouveau plus cher que le diesel?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Vous l'avez peut-être remarqué si vous scrutez les panneaux de prix devant les pompes, depuis quelques jours, les prix du diesel sont régulièrement plus bas que ceux de l'essence. Ce sera particulièrement visible ce 2 juin où l'essence coûtera 12 centimes au litre de plus que le diesel. Pourquoi? Déclic a voulu y voir clair. 

Quasiment une première depuis 2018

Petit flash-back. En 2015 le gouvernement Michel décide d'un tax-shift qui implique de revoir la fiscalité des carburants. Jusque là, les accises sur le diesel étaient plus basses que celles pratiquées sur l'essence. Le diesel était donc fiscalement avantagé par les autorités. Avec la réforme de 2015, le gouvernement fédéral harmonise les accises et il le fait de manière progressive jusqu'en 2018. Depuis lors, le diesel se vend au même prix et même, le plus souvent, un peu plus cher que l'essence. 

évolution des prix de l'essence et du diesel depuis 2018
évolution des prix de l'essence et du diesel depuis 2018 energia

Ce jeudi, 6 euros de différence sur un plein

Demain pourtant, la différence sera très nette, à la pompe. L'essence coutera 12 centimes de plus que le diesel. 2,13 € pour le prix maximum de l'essence 95 contre 2,01 € pour le diesel. Soit 6 euros sur un plein de 50 litres. 

La première raison est conjoncturelle. Dans l'hémisphère nord on est sorti de l'hiver et on va vers l'été. Or, traditionnellement en été, les américains qui, pour beaucoup d'entre eux, roulent encore à l'essence ont tendance à entreprendre de grands trajets, ce qui pousse la demande d'essence à la hausse. 

En parallèle la demande en mazout de chauffage diminue ce qui a un impact sur l'offre de diesel puisqu'il s'agît du même produit de base. 

Le diesel est de moins en moins demandé

Mais il y a une raison plus structurelle qui accentue encore la dynamique. On assiste, ces dernières années, à une modification en profondeur du marché automobile européen. Il suffit de regarder les ventes de véhicules des 4 premiers mois de l'année pour s'en convaincre (chiffres ACEA). 

  • Essence : 36 % (en recul)
  • Hybrides (rechargeable ou non) :  34 %
  • Diesel : 16,8 %
  • Electrique : 10 %

La part de marché du diesel recule fortement au profit des voitures électriques et des voitures hybrides dont le moteur thermique est dans la très grande majorité des cas un moteur… à essence.

Nous sommes donc en train de passer, en Europe, d'un marché où le diesel était fiscalement encouragé, très développé et promotionné aussi par les constructeurs… à un marché où c'est l'électrique qui va progressivement s'imposer. Qui plus est, en parallèle, de plus en plus de grandes villes bannissent les moteurs diesel en commençant par les plus vieux.

Résultat : par le simple jeu de l'offre et de la demande: si l'on distille toujours autant de diesel dans un baril de pétrole mais que la demande diminue… forcément son prix baisse.

Sur le même sujet

Le prix de l'essence en baisse de 6 centimes ce vendredi

Prix de l'énergie

Prix record de l'essence: il faut bloquer les prix du carburant à 1,40 €/l, dit le PTB; non, augmenter la déductibilité des travailleurs, soutient le MR

Belgique

Articles recommandés pour vous