Entrez sans frapper

Ovnis : l'histoire de la soucoupe volante d'Adamski

Entrez sans frapper

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

24 nov. 2022 à 13:29Temps de lecture5 min
Par Franck Istasse

Elle a imprégné l’imaginaire collectif de l’ufologie : la soucoupe d’Adamski, avec sa coupole, sa plateforme ronde et ses trois trains d’atterrissage, est l’ovni le plus représenté de la culture populaire. Mais pourquoi ce modèle s’est-il imposé parmi la multitude de représentations ?

Il est communément admis que l’histoire moderne des ovnis débute le 24 juin 1947, suite à l’observation de Kenneth Arnold. Alors que cet homme d’affaire américain survole le Mont Rainier, dans l’État de Washington, dans son petit avion privé, il est aveuglé vers 15h par un flash lumineux qui envahit son cockpit. Son attention est alors attirée par 9 objets volants qu’il n’arrive pas à identifier et qui se déplacent avec des performances étonnantes pour l’époque. Arnold estime que ces objets volants inconnus avaient une vitesse de plus de 2000 km/h. Voici ce qu’il déclarait à la radio KWRC de Pendleton, deux jours après son observation : "Si ça n’a rien à voir avec notre armée ou nos services secrets, si ça n’a rien à voir avec une nation étrangère : moi j’en perds mon latin. Ma seule certitude, c’est que j’ai bien vu ces objets, je les ai chronométrés, et ils se trouvaient dans une position idéale pour que je le fasse… C’est un grand mystère pour moi, autant que pour tous les gens qui m’appellent depuis 24 heures".

Kenneth Arnold dira à la presse que ces objets se déplaçaient "comme des soucoupes qui ricocheraient sur l’eau ". Un journaliste va utiliser le terme de Flying saucer (soucoupe volante) alors que ce n’est pas vraiment ce qu’Arnold avait décrit Mais le mal était fait. Or, en 1947 et dans les années qui suivent, tous les ovnis 'observés' n’ont pas forcément une forme identique : des témoins décrivent effectivement des soucoupes classiques, mais aussi des disques argentés ou bien lumineux, des engins volants gigantesques en forme de cigare ou de torpille, des boules lumineuses ou d’aspect métallique etc.

Bref on trouve de tout, mais malgré leurs différences, tous ces ovnis sont désignés par le terme générique 'soucoupe volante'. Et parmi toutes ces soucoupes volantes, il y en a une qui va devenir célèbre : c’est la fameuse soucoupe d’Adamski.

► Pour en savoir plus à propos d’Ovnis, écoutez le podcast Entre Mystères et secrets, la fascinante histoire des Ovnis.

La soucoupe d’Adamski dans la culture populaire

La soucoupe d’Adamski est une variante de la soucoupe classique, avec un dôme qui sert de cockpit sur le dessus et trois trains d’atterrissages bien visibles en dessous, en forme de sphère. Des auteurs, des dessinateurs, des réalisateurs s’en sont inspirés et s’en inspirent encore dans le monde entier.

On peut voir cette soucoupe dans la série Les Envahisseurs, dans l’album de Bob et Bobette Les martiens attaquent, c’est également cette soucoupe qui sert de modèle au vaisseau d’Alcor dans l’animé japonais Goldorak, pour ne citer que quelques exemples.

Si ce modèle de soucoupe volante est encore célèbre de nos jours, c’est parce qu’il a fait une entrée fracassante dans les médias au début des années 50, à cause de celui qui lui a donné son nom : George Adamski, un personnage très controversé qui se vantait d’avoir été le premier homme à avoir voyagé dans l’espace grâce à ses contacts avec des extraterrestres !

Georges Adamski, un 'contacté' célèbre

George Adamski était un vendeur de hamburgers sur la route qui menait à l’observatoire du mont Palomar en Californie.

Avec son petit télescope amateur, il observait régulièrement le ciel. Il affirmait avoir observé à la fin des années 40 d’énormes engins volants inconnus. Pour lui, aucun doute : il s’agissait de 'Vaisseaux de l’espace'. Il en aura la confirmation le 20 novembre 1952.

Ce jour-là, il part pique-niquer avec des amis, près de Désert Center en Californie. Il fait beau, le ciel est dégagé quand tout à coup, un énorme ovni argenté en forme de torpille passe au-dessus d’eux. Ils l’observent tous avec des jumelles et Adamski ressent à ce moment-là que quelque chose va se produire ! Et en effet, un autre appareil beaucoup plus petit, en forme de soucoupe apparaît et se pose derrière une crête montagneuse à quelques centaines de mètres. Adamski décide d’aller y voir de plus près et c’est là qu’il aurait rencontré Orthon, un extraterrestre originaire de Vénus.

Orthon est très gentil, il a une belle combinaison spatiale, de longs cheveux blonds et de beaux yeux bleus. C’est le début d’une belle amitié entre Adamski et Orthon : ils vont se voir très souvent, George va photographier de nombreuses fois la soucoupe volante d’Orthon, il va aussi la filmer, et il va même monter à bord pour faire des voyages dans l’espace, 8 ans avant Youri Gagarine, le premier homme dans l’espace…

Supercherie ?

Aujourd’hui il n’y a plus grand monde pour prendre les affabulations du contacté le plus célèbre du monde au sérieux, même si malgré tout il conserve un petit groupe de fans soucoupistes et Adamskistes. Quoi qu’il en soit, George Adamski avait trouvé un filon rémunérateur : il publie Flying saucers have landed  (" Les soucoupes volantes ont atterri ") en 1954 et Inside the space ships ("à l’intérieur des vaisseaux de l’espace") en 1955. Ses ouvrages ont énormément de succès et Adamski est souvent invité par les médias pour raconter son histoire.

Adamski a surfé sur le succès des ovnis à la fin des années 40. Il faut savoir que quand il commence à raconter ses histoires, on est en plein âge d’or de l’histoire moderne des ovnis : depuis 1947, les États-Unis vivent une vague d’apparitions d’objets volants non identifiés très intrigante et même inquiétante pour les autorités militaires. Le ciel américain semble être envahi par des disques métalliques aux propriétés physiques extraordinaires depuis l’observation d’Arnold le 24 juin. On crée des commissions d’enquête qui ont du mal à expliquer ce qui se passe et les premiers ufologues, des chercheurs indépendants, qui s’intéressent aux ovnis font leur apparition. Ces derniers voient d’un mauvais œil les élucubrations dans les médias d’Adamski qui selon eux discrédite totalement le phénomène ovni aux yeux du public. Selon les premiers ufologues, Adamski n’est qu’un affabulateur qui profite de l’écho médiatique des ovnis à l’époque pour se faire de l’argent.

D’ailleurs, dès 1959, les mensonges d’Adamski sont confirmés : il disait avoir vu lors de ses voyages spatiaux, des villes, des rivières, des montagnes et des forêts sur la face cachée de la lune. Or, en 1959, un satellite russe photographie pour la première fois cette face cachée… C’est le choc pour les adeptes d’Adamski, puisque la surface de notre satellite est désespérément vide

UFO
UFO Getty Images/Science Photo Libra

Beaucoup de trucages

Et ses nombreuses photos ? Beaucoup de spécialistes ont affirmé et affirment encore qu’il s’agit de faux grossiers : par exemple sa fameuse soucoupe vénusienne ne serait rien d’autre qu’une une maquette, dont la partie principale était tout simplement… une lampe à pétrole. Il est vrai que quand on regarde ces photos aujourd’hui, les trucages semblent tellement enfantins, qu’on se demande comment certains ont pu prendre cela au sérieux.

Mais quoi qu’il en soit, George Adamski est lié pour toujours à l’histoire des ovnis, pour le meilleur et pour le pire. Il meurt en 1965 et petit à petit, sombre dans l’oubli. À partir des années 60, lui et les autres contactés ne font plus recette : nos gentils grands frères de l’espace cèdent leur place à de petits aliens gris avec de grands yeux noirs, qui viennent enlever les terriens pour faire des expériences.

Mais sa fameuse soucoupe de George Adamski lui a survécu et lui survivra encore longtemps, puisqu’on la retrouve dans des bandes dessinées, dans des films dans des séries télé etc.

Articles recommandés pour vous