Cuisine

Pourquoi le foie gras risque de coûter plus cher à Noël

Pourquoi le foie gras risque de coûter plus cher à Noël.

© Neydtstock

23 oct. 2022 à 08:00Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

L'offre de foie gras sera limitée lors des prochaines fêtes de fin d'année. Que l'on soit prévenu : cela nous coûtera sans doute plus cher de le mettre sur la table de Noël.

90% des canards reproducteurs décimés par la grippe aviaire

Ce qui était une hypothèse en début d'année devrait devenir une réalité lors des prochaines fêtes de fin d'année : le foie gras devrait imposer un effort financier au menu de Noël. Dans son bilan annuel, le comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (CIFOG-France) rappelle combien les filières aviaires dans le monde vivent une crise historique compte tenu de l'épizootie d'influenza aviaire, qui a entraîné la disparition de 17,3 millions de volailles rien qu'en France, dont 3,8 milliards canards pour la filière du foie gras.

Les animaux sont victimes d'une infection virale très contagieuse provoquée par des oiseaux sauvages. Le virus a été détecté à l'automne 2021 dans le sud-ouest, épicentre de la production du fameux mets français, mais également en Pays de la Loire, où naissent les canetons destinés à la filière du foie gras. Près de 90% des canards reproducteurs ont ainsi disparu. D'après le Cifog, "la situation ne pourra revenir à la normale que dans le courant du deuxième semestre 2023".

Les volumes divisés par deux par rapport à 2015

Voilà plusieurs années que les producteurs de foie gras font face à différents épisodes de cette infection virale. Ils n'ont ainsi pas eu d'autre choix que de puiser dans leurs réserves pour servir le marché.

Entre 2019 et 2021, la production de foie gras a reculé de l'ordre d'un tiers. L'année dernière, l'offre de foie gras cru représentait précisément 11.972 tonnes. Par comparaison, le marché du foie gras français distribué sur le territoire s'élevait à 20.540 tonnes en 2015. En 2022, la courbe baissière ne s'est pas inversée et la production aborde même un recul historique, évalué entre 30% et 35% sur une année.

Les producteurs ont pourtant contenu la diminution en intégrant les canards femelles à la filière. Mais si l'on ne peut pas évoquer de pénuries pour les prochaines fêtes de fin d'année, l'offre n'en restera pas moins limitée.

Les coûts de production suivent la courbe inflationniste

Le recul de la production de foie gras ne composerait pas l'unique raison de tarifs plus onéreux. Dans un contexte inflationniste qui n'a échappé à aucun consommateur, la filière foie gras indique aussi faire les frais de la hausse des coûts de production. Précisément, produire un canard à foie gras coûte 30% plus cher au cours des neuf premiers mois de l'année, comparé à la même période en 2020.

Si l'on évoque à raison la hausse du coût du transport dans d'autres secteurs d'activité, ce n'est pas ce qui revient le plus cher aux producteurs de foie gras.

Le budget alloué à la nourriture des animaux est plus élevé, l'achat de canetons l'est également.

Alors qu'une perspective d'inflation évaluée à 10% d'ici fin 2022 constitue l'avis de certains experts, dont le cabinet NielseniQ, la filière de foie gras estime que "les coûts de production vont encore augmenter de façon significative dans les mois à venir pour s’adapter aux nouvelles règles de biosécurité afin de lutter contre les risques récurrents d’influenza aviaire".

Rappelons que les alternatives végétales au foie gras ne souffriront pas de ces difficultés et resteront disponibles à tous ceux qui veulent remplacer ce mets par une version plus respectueuse du bien-être animal.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous