Le 6/8

Pourquoi le nouvel album de Bernard Lavilliers est une des meilleures sorties de ces derniers mois ?

Rencontre avec Bernard Lavilliers

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

21 janv. 2022 à 14:21Temps de lecture2 min
Par François Saint-Amand

Bernard Lavilliers a sorti son album Sous un soleil énorme en novembre 2021. Pour le chroniqueur musical Bruno Tummers, il s'agit d'une des meilleures sorties francophones de ces derniers temps. Analyse et interview.

Si la jeune génération francophone prend de plus en plus de place dans l'industrie du disque, les vieux briscards sont pour autant loin d'être partis à la retraite. Mieux encore, certains produisent des albums parfois encore meilleurs que ceux qui les ont rendu célèbres.

C'est visiblement le cas Sous un soleil énorme de Bernard Lavilliers. Le chroniqueur musical de VivaCité fait de l'album de l'interprète d'Idées noires un de ses coups de cœur du moment.

Un spectre vocal encore plus large

Cet album de Bernard Lavilliers, le 23e de sa longue carrière, est à absolument écouter pour trois raisons principales :

  • Des textes porteurs d'un vrai message, qui font sens et qui servent de photographie de l'état de la société.
  • L'auteur-compositeur-interprète de 75 ans est réputé pour s'entourer de musiciens de qualité. C'est encore le cas sur Sous un soleil énorme. "Cela joue comme des dieux. Il y a beaucoup d'ambiances différentes" analyse Bruno Tummers.
  • La voix de Bernard Lavilliers est encore plus saisissante, tant son ambitus s'est élargi vers les graves depuis quelques années. "Il a cette voix de crooner maintenant. Dans les années 80 il en faisait parfois des tonnes. Il est désormais plutôt sur la retenue".
Loading...

Voyages et analyse de la société

Avec le single Le cœur du monde, il analyse le mal-être de la société actuelle dans un sens physiologique.

"J'imagine que le monde a un cœur comme l'humain, avec des pulsations. C'est intéressant de voir s'il va très vite ou s'il ralentit, s'il y a de l'arythmie. Et il y a souvent de l'arythmie donc c'est un peu inquiétant" a expliqué Bernard Lavilliers.

L'artiste conserve aussi dans cet album la méthode qui a bâti sa renommée : le goût du voyage pour imprégner sa musique de cultures musicales diverses. Cette fois, il s'est aventuré en Argentine... et qui dit Argentine dit tango argentin. On retrouve un tel morceau dans Sous un soleil énorme. "Un peu comme un reporter je me déplace, j'écris sur place. Cela m'intéresse d'être beaucoup le déplacement, sinon je n'aurais pas écrit grand-chose" indique le principal intéressé.

La fidélité du public belge

Bernard Lavilliers peut aussi compter sur un public fidèle à toute épreuve. Il est d'ailleurs particulièrement reconnaissant du soutien du public belge, à la fois pour son enthousiasme envers sa musique, mais aussi pour son ouverture d'esprit.

"Le premier concert que j'ai fait en Belgique, c'était en 1976 peut-être. J'avais remarqué qu'en France, ils étaient un peu radicaux : je jouais du rock'n'roll et de la bossa nova, ils ne supportaient pas. Ici vous écoutiez des radios différentes donc il y avait la bande passante qui était beaucoup plus large" s'est-il souvenu.

Et justement, il pourra profiter encore de ce public le 24 février au Cirque Royal à Bruxelles, le 25 au Forum de Liège et le 26 au Théâtre Royal de Mons.

Retrouvez l’actualité musicale avec Bruno Tummers, et bien d’autres chroniques dans Le 6-8 en semaine sur La Une et sur Auvio.

Sur le même sujet

Quand les flatulences des tortues provoquent un tsunami dans un aquarium

Le 6/8

"Materne", quand confiture rime avec Namur

Le 6/8

Articles recommandés pour vous