Info

Pourquoi le Texas a-t-il arrêté de proposer le choix du dernier repas aux condamnés à mort ?

© 2013 Getty Images

07 oct. 2022 à 12:49Temps de lecture2 min
Par Chloé Rosier

Les autorités pénitentiaires de l’État américain du Texas ont aboli en 2011 le traditionnel dernier repas pour les détenus condamnés à mort. Mais pourquoi arrêter cette tradition vieille de 87 ans ?

La tradition du dernier repas remonterait à une coutume de la Grèce Antique où l’on offrait aux combattants des jeux un gigantesque buffet la veille des combats. Ceci afin qu’ils aient l’estomac bien rempli s’ils venaient à décéder et à devoir se frayer un chemin dans les enfers et ne pas revenir sur Terre en esprit malveillant affamé, selon TakeOut.

Les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud sont les trois seules démocraties industrialisées parmi les 58 pays qui appliquent encore la peine capitale. Bien qu’en Corée du Sud, il n’y a plus eu d’exécution depuis 1997. Aux USA, le condamné peut commander un dernier repas qui lui sera offert avant l’exécution. Au Japon, le condamné n’apprenant sa date d’exécution que le jour même, peut choisir un dernier repas parmi une sélection précise.

La situation est un peu plus compliquée aux États-Unis, où chaque État a une réglementation différente, comme l’explique un avocat sur MyLawQuestions : en Floride le repas ne peut pas dépasser 40 $, 20 $ dans le Tennessee et 15 $ dans l’Oklahoma, en Californie si ce que le détenu demande est achetable dans une supérette près de la prison, il y a droit.

Aux USA, les traditions changent donc en fonction des États et sont d’application dans chaque prison où la peine de mort est exécutée. Cependant, depuis 2011, le Texas a cessé d’offrir cette dernière possibilité de choix aux détenus et leur sert ce que tous les autres prisonniers mangent ce jour-là. Pourquoi ?

Pourquoi le Texas n’accorde plus de dernier repas aux prisonniers ?

Comme le North Texas Daily le raconte, en 2011 un prisonnier dans le couloir de la mort a commandé un très grand repas mais n’a rien mangé car il n’avait "plus faim finalement". Lawrence Russell Brewer, condamné pour le meurtre de James Byrd Jr en 1998, avait commandé : deux steaks de poulet frits, un cheeseburger au bacon et triple viande, trois fajitas, une pizza à la viande, une pinte de crème glacée et du fudge au beurre de cacahuète. Il n’y a pas touché.

Un geste que le sénateur du Texas de l’époque, John Whitmire, a considéré comme un dernier acte de rébellion de la part du prisonnier. Il a donc décidé d’arrêter d’accepter les demandes de dernier repas, les condamnés à mort recevraient dorénavant, en guise de dernier repas, le menu du jour que tout le monde mange à la prison.

Une décision qui a beaucoup fait parler à l’époque, les associations de défenses des droits des prisonniers s’offusquant de la réaction vive et sans cœur du sénateur et argumentant que ces personnes payaient déjà leur dette à la société avec leur vie, ils pourraient au moins manger ce qu’ils veulent pour leur dernier jour.

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Articles recommandés pour vous