Icône représentant un article audio.

Chronique Économique

Pourquoi les Belges ne placent plus le travail au centre de leur vie ?

Chronique Economique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Il y a un vieux proverbe africain qui dit que lorsque le serpent mue, il est aveugle. Et c’est exactement ce qui se passe en ce moment pour le monde du travail et du salariat en particulier.

A force de ne parler que de Poutine et de nos factures d’énergie, on en oublie la période COVID et on est aveugles comme le serpent. Or, le COVID a profondément transformé les mentalités des salariés, à un point tel que les études et les sondages se succèdent et arrivent tous à la même conclusion : les salariés ont changé.

Pour séduire un jeune aujourd’hui, il faut lui donner du sens. Car les jeunes ont un autre rapport au travail et ne souhaitent plus forcément être "loyaux" envers une entreprise comme leurs parents. Peut-être sans doute parce que ces jeunes estiment que leurs parents n’en ont pas été justement récompensés.

Alors, chez ces jeunes, le 100% présentiel est à bannir. Ils n’en veulent plus. Pour eux, ce présentéisme est obsolète car le lieu de travail n’est plus le seul lieu où il est possible de se réaliser. Par contre, les travailleurs "seniors" qui pratiquent aussi le télétravail ont, quant à eux, bien souvent du mal avec cette nouvelle mode de "bureaux partagés par roulement". C’est vrai que cette nouvelle forme de travail sans intimité accentue encore plus l’individualisation des tâches...

En clair, le confinement a fait prendre conscience à ces salariés qu'ils n’ont qu’une santé et, de manière excessive ou pas, ils pratiquent cette démission silencieuse.


La Chronique Economique, en semaine à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous