Tendances Première

Pourquoi mettre du lait dans son thé ?

Cat Steals Milk

© Getty

01 juin 2021 à 12:13Temps de lecture3 min
Par Christian Rousseau
Loading...

Nathalie Masset, notre sommelière du thé s’interroge : du lait dans le thé ou pas ? Et surtout pourquoi mettre du lait dans son thé ?

 

Le thé à l'anglaise

Pour la petite histoire, certains tea lovers racontent qu’il y a quelques décennies, le " thé à l’anglaise " était servi dans des tasses en porcelaine, un matériau dont la résistance variait énormément en fonction de sa provenance.

Les sujets de sa Majesté moins fortunés prenaient donc le thé dans des services de piètre qualité, dans lesquels il était impossible de verser un liquide brûlant au risque de fendre la tasse. Le lait, versé en premier, permettait donc de modérer la température de l’eau et d’éviter la fissure. Une problématique ignorée des classes aisées qui n’avaient, elles, aucun souci à se faire quant à la résistance de leur vaisselle.

Voici donc une première explication sociétale… Mais je vous donne aussi une explication plus gustative, liée à l’astringence de la liqueur infusée.

Autre explication: les Britanniques aiment le thé noir. Un thé au goût fort et corsé, qui leur rappelle le temps des clippers et des colonies, comme celui de Ceylan ou des plaines de l’Assam, aux notes boisées et épicées.

Donc, pour adoucir ces thés très charpentés qu’ils laissent infuser longtemps, rien de tel qu’un nuage de lait évidemment !

Contrairement aux thés verts, blancs ou oolong, plus légers, qui eux n’ont pas besoin de lait, parce qu’ils ont un goût délicat, qui se dénaturerait au contact du lait. "

 

Des variantes plus exotiques, je suppose… en provenance d’Inde ou de Chine…

 

En Inde, le " Chai " est une véritable institution. Il est composé d’un mélange de thé, de lait et d’épices indiennes (cannelle, anis étoilé, cumin, girofle, cardamome, poivre en grains, gingembre…), et vendu dans la rue par les chaiwallahs, qui le préparent à même leur échoppe puis le versent dans des coupes en argile qu’on jette une fois qu’on a fini de boire, par souci d’hygiène.

A Hong Kong, le " Lai Cha " est une boisson à base de thé noir et de lait concentré, dégustée chaude ou froide. Elle est aussi connue sous le nom de " thé au bas de soie ", car le thé est en général préparé dans une grande chaussette à thé qui rappelle le bas de soie. 

Autre boisson très populaire à Hong Kong, le  Yuan Yang tea " est un mélange qui marie café et thé au lait. Vous trouverez aussi cette boisson sous le nom de ying yong, yang yang, ying yong … 

C’est une boisson savoureuse et énergisante, aussi bien servie chaude que froide. Comme pour le " Lai Cha ", chaque vendeur possède sa propre recette. La proportion la plus fréquente est 30% de café pour 70% de thé au lait; si vous êtes plutôt café ou plutôt thé, ben vous adapterez les doses en fonction de vos goûts.

Au rayon " Made in Japan ", les " Matcha Latte " et " Matcha Float " remportent aussi un vif succès. Là, on abandonne le thé noir puisqu’on est au Japon, pour un mélange à base de thé vert Matcha (vous savez, celui en poudre super antioxydant), que l’on shake avec du lait et qu’on propose chaud ou froid, dans de grands gobelets à emporter. Et si on a même pas peur, on peut carrément rajouter une boule de glace vanille pour transformer le latte en float. 

 

Des thés naturellement lactés ?

 

Comme pour les vins et la roue des arômes qui les caractérisent, on peut aussi trouver des arômes lactés ou beurrés dans l’univers du thé. On pourra par exemple déguster un " Wulong Milky ", un thé semi-oxydé roulé à la main en forme de petites billes, qui dégage des notes crémeuses, qui ne sont pas sans rappeller les goûters fondants de notre enfance… Lait chaud, vanille… tout ça ! Régression quoi !

De manière plus générale, on retrouvera des notes lactées dans les wulong faiblement oxydés comme le Tie Guan Yin chinois ou le Dong Ding taïwanais. Ou dans le Jukro aussi, un thé noir sud-coréen d’exception.

 

Articles recommandés pour vous