Icône représentant un article audio.

Chronique Économique

Poutine, notre sobriété forcée et la question qui fâche

Chronique Economique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Aujourd'hui, le mot à la mode et est sobriété. Avant, dans les années 70, on parlait plutôt de "chasse au gaspi", mais voilà "sobre" ou "sobriété", ça sonne mieux aujourd'hui.

Bien entendu, nous ne le faisons pas par gaité de coeur, mais pour éviter un black-out cet hiver. Et comme nos politiques nous répètent à l'envi que l'hiver sera très rude, les ménages et les entreprises prennent déjà leurs précautions.

Nous savons évidemment tous que cette sobriété est un choix que l'Europe a fait collectivement en soutien au peuple ukrainien. Puisqu'il faut le rappeler, il n'y a pas d'embargo du gaz de la Russie, comme c'était le cas avec le pétrole des pays arabes dans les années 70.

Ici, c'est l'Europe qui a décidé de se passer du gaz et pétrole russes. Certains d'ailleurs commencent à se poser la question publiquement de savoir si c'est bien malin d'appauvrir nos populations et de détruire volontairement une partie de notre industrie au lieu de forcer les Russes et les Ukrainiens à trouver une solution.

Les uns leur répondent que c'est honteux d'y penser, que faire cela, revient à offrir à Poutine par la paix ce qu'il n'a pas pu obtenir par les armes. D'autres disent : "Regardez, qui au final profite de cette guerre si ce ne sont les Etats-Unis ?''...

La chronique économique d’Amid Faljaoui, tous les jours sur Classic 21 à 8h30 et à 17h30.

Sur le même sujet

Avec le retour de l’inflation, le marché de l’occasion va connaître un succès fou !

Chronique Économique

Volatilité de la Bourse, et si pour casser la morosité actuelle, il fallait redonner plus de couleurs à notre quotidien ?

Chronique Économique

Articles recommandés pour vous