RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Vidéo

Pouvoir d'achat: "Il faut aller chercher l'argent dans les grosses entreprises" selon Raoul Hedebauw, "ras le bol" s'insurge l'UCM

Georges-Louis Bouchez, Pierre-Frédéric Nyst et Raoul Hedebauw ne s'entendent pas sur la façon d'augmenter les salaires

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

15 juin 2022 à 20:24 - mise à jour 16 juin 2022 à 09:25Temps de lecture4 min
Par QR le débat

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, est revenu ce mercredi dans "QR le débat" sur la façon d'améliorer le pouvoir d'achat des citoyens, et en particulier des citoyens aux revenus moyens. A la question "faut-il augmenter le salaire brut ou s'attaquer aux taxes ?", le président de parti répond : "Je viens d’un milieu populaire et j’ai appris une chose dans le milieu que la gauche a tendance à oublier : la valeur centrale doit être la valeur travail. Mais nous sommes trop peu nombreux à travailler en Belgique. Nous avons 72% de taux d'emploi contre 80 % en Allemagne et aux Pays-Bas. Résultat, nous faisons partie des pays de l'OCDE qui taxent le plus et nous avons le plus haut déficit de l'Union européenne hormis Malte. Nous faisons partie des cinq pays dans lesquels nous travaillons le moins. Ce qu’il faut c’est augmenter le taux d’emploi pour baisser la fiscalité."

Selon lui toujours, l'indexation présente deux problèmes. Le premier est que le rattrapage que permet l'indexation des salaires sur le coût de la vie ne se fait pas en même temps pour tout le monde :"Pour certains l'indexation a lieu tous les mois, pour d'autres c'est tous les trimestres ou tous les ans. Ceux qui doivent attendre le premier janvier de l’année prochaine vont vivre des moments très difficiles. Il faudrait essayer d’harmoniser pour plus de justice."

Le second problème concerne l'indexation des salaires moyens. "Aujourd'hui la période est plus compliquée pour les revenus médians les plus faibles, c'est-à-dire ceux qui gagnent entre 1800 et 2000 euros par mois car on a concentré beaucoup de support pour les personnes qui touchent des allocations sociales ou proches mais on ne fait rien pour les personnes qui gagnent 2000 € mais qui doivent tout payer plein pot. Résultat : ils sont parfois plus pauvres que certains allocataires sociaux en fin de mois. Il faut augmenter leur net et pour cela il faut augmenter la quotité d'impôts en ne faisant payer des impôts qu'à partir de 12.000 € plutôt que 9.000 €."

"Je ne suis pas d’accord", réagit Raoul Hedebauw, président du PTB. "Les salaires sont la solution et pas le problème. Le salaire réel en Belgique a diminué de 2% ces deux dernières années. L'indexation permet donc pas de compenser la baisse du pouvoir d'achat puisque le carburant n’est notamment pas compris dans l'indexation."

Selon lui, contrairement à ce qu'avance Pierre-Frédéric Nyst, président de l'UCM, "les marges bénéficiaires des entreprises ont explosé. Les entreprises cotées en bourse ont fait 21 milliards de bénéfices l'an dernier, c'est là qu'il faut aller chercher de l'argent pour aider les PME"

"Je commence à en avoir ras le bol", s'insurge à son tour Pierre-Frédéric Nyst. "On entend toujours ce sophisme qui est que les patrons du Bel20 ont entre autres augmenté leurs rémunérations variables, que les entreprises cotées ont fait de superbes résultats mais ce n'est pas le cas de la majorité des PME. Il faut arrêter de faire croire qu’il y a aujourd'hui dans toutes les entreprises des marges de manœuvre. Les deux ans de covid ont été difficiles."

Sur le même sujet

Le parlement français adopte des mesures en faveur du pouvoir d'achat

Monde

Pouvoir d'achat : Maxime Prévot et David Clarinval proposent d'augmenter la tranche exonérée d'impôts

Vidéo

Articles recommandés pour vous