Vidéo

Pouvoir d’achat : pour de nombreux Belges, les dépenses pour les animaux de compagnie restent une priorité

Impact de la crise sur le marché des aliments pour animaux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Face à l’inflation et à la hausse des prix qui nous touchent tous, certains secteurs s’en sortent cependant mieux que d’autres. C’est le cas notamment de celui des animaleries, centres de toilettage ou encore des aliments pour animaux de compagnie. Nos équipes ont pu s’en rendre compte ce matin. Même avec un budget en baisse, la plupart des clients déclarent ne pas rogner sur le bien-être de leurs chats, chiens, oiseaux ou autres hamsters. Quitte à les faire passer au premier plan :

Je fais fort attention à ce que j’achète pour moi. Je diminue un maximum les prix. Par contre mon animal, non. Cela reste pareil. Il n’y a pas à diminuer, il n’en peut rien

déclare une cliente d’un magasin destiné aux animaux de compagnie. "Je veux qu’il soit bien", poursuit-elle. Les dépenses liées aux animaux de compagnie restent une propriété budgétaire pour une grande partie des propriétaires.

Se concentrer sur le nécessaire

Un impact se fait néanmoins sentir en ce qui concerne les accessoires et autres gadgets. Dans le centre de toilettage de Sonya Gooris, on constate : "en magasin, les achats impulsifs ont freiné un petit peu. La petite friandise, le petit jouet… certaines personnes vont réfléchir à deux fois avant d’acheter". Même constat dans une animalerie waterlootoise. On achètera plutôt une peluche qui durera dans le temps qu’un jouet plus éphémère…

Selon une étude effectuée par la fédération du commerce, le marché de l’animalerie est en croissance de 11% chaque année, boosté par la hausse du nombre de chiens et chats dans le royaume.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous