Regions Liège

Pré-alerte de crue en Wallonie : " la responsabilité et les décisions encore et toujours pour les communes", estime Valérie Dejardin (Limbourg)

La pré-alerte de crue pour certains cours d’eaux wallons (ici la Vesdre à Goé, commune de Limbourg) a mis en lumière qu’au fond, pas grand-chose n’a changé, selon Valérie Dejardin.

© RTBF Philippe Collette

04 janv. 2022 à 15:46Temps de lecture2 min
Par Philippe Collette

Pas vraiment heureuse, la Bourgmestre de Limbourg, Valérie Dejardin, après le lancement lundi après-midi d’une pré-alerte de crue par la Direction générale de la Mobilité et des Voies hydrauliques du Service Public de Wallonie, doublée par certains Gouverneurs, dont celui de la Province de Liège, d’une demande d’état des lieux des cours d’eaux.

Une surveillance impossible pour les petites communes

C’est que la commune de Limbourg, baignée par la Vesdre, a été ravagée par les inondations de juillet dernier et que les séquelles matérielles et sociales y sont toujours bien présentes. La nuit passée à Limbourg, c’était un peu rebelote, fort heureusement dans une mesure hautement moins dramatique puisqu’il ne s’agissait que d’une pré-alerte vu la montée des eaux qui aurait entraîné tout au plus un risque de prairies inondées. Il n’empêche, à Limbourg, il a fallu réagir : "Nous avons mis sur pied une veille pour toute la nuit, explique la Bourgmestre Valérie Dejardin, avec un relais entre la police, les pompiers et les services communaux ; c’est lourd pour une commune de 6000 habitants comme la nôtre ; si à chaque fois qu’il pleut en Belgique, on doit organiser cette procédure, ce ne sera pas possible sur le long terme et de nouveau, on se retrouve avec une situation où la responsabilité et la prise de décision reviennent aux pouvoirs communaux et c’est assez compliqué pour une petite commune."

Gérer les crises selon un processus durable

Les Bourgmestres sont donc demandeurs d’une solution structurelle et durable : c’est d’ailleurs ce qui était notamment ressorti des travaux de la Commission parlementaire wallonne sur les inondations : "La Commission l’avait bien compris, poursuit Valérie Dejardin, les Bourgmestres le répercutent à chaque réunion : ce qu’on attend, c’est vraiment d’avoir de la sérénité pour pouvoir gérer les situations urgentes."

Une communication pas au top

Quant à la communication de cette pré-alerte, elle semble qu’elle ne fut guère optimale : " on a reçu cette pré-alerte de crue, puis la demande du Gouverneur de faire un état des lieux parce qu’il avait lui-même cette demande de la part de ses autorités supérieures, donc effectivement c’était  compliqué et entre Bourgmestres, par notre groupe WhatsApp, on se posait encore des questions quant aux informations reçues et aux informations que l’on devait faire remonter et à leur pertinence. En tout cas, vivre des alertes comme ça, ce ne sera pas viable sur le long terme."

Que chantaient les Poppys en 1971 ? "Non, non, rien n’a…,"

Sur le même sujet

Levée de la phase de préalerte de crue pour plusieurs cours d'eau wallons

Regions

Cinq cours d'eau wallons et leurs affluents toujours en préalerte de crue

Articles recommandés pour vous