RTBFPasser au contenu
Rechercher

Economie

Précompte immobilier, taxe de circulation : la hausse automatique pourrait faire mal

12 juil. 2022 à 04:00 - mise à jour 12 juil. 2022 à 06:19Temps de lecture2 min
Par Cédric Loriaux

On a peut-être tendance à l’oublier, mais en Belgique, il n’y a pas que les salaires qui sont indexés automatiquement, en fonction de l’indice des prix à la consommation. Les taxes le sont aussi. Il s’agit, comme pour les salaires, d’un mécanisme automatique prévu par la loi. Et vu l’inflation actuelle, cela pourrait faire mal au portefeuille des contribuables.

Précompte immobilier : "augmentation significative"

Exemple avec le précompte immobilier, la taxe que chaque propriétaire de biens doit payer tous les ans. Il varie en fonction de la région où vous habitez mais également de votre commune. Le montant de ce précompte se base sur le revenu cadastral (RC) calculé par le service public fédéral, en fonction du niveau d’inflation.

"Cette taxe est calculée sur base d’un indice des prix à la consommation qui est défini à un moment précis de l’année", nous explique Nicolas Yernaux, le porte-parole du Service public de Wallonie (SPW). "Pour cet exercice-ci (dont les premiers avertissements extraits de rôle seront envoyés dans les prochaines semaines) cela a été calculé en janvier 2022, date à laquelle l’inflation était déjà présente mais encore relativement stable et donc avant le début de la guerre en Ukraine et de la flambée des prix qu’on connaît depuis lors. Il n’y a donc pas d’indexation majeure à attendre cette fois-ci. En revanche, en janvier 2023, quand on recalculera sur base de l’indice des prix à la consommation, et vu la tendance actuelle qui est toujours à la hausse, là on peut s’attendre effectivement à une augmentation significative de ce précompte immobilier.", dit-il.

Taxe de circulation : + 9%

Ce mécanisme d’indexation automatique est le même pour la taxe de circulation sur les véhicules. Elle aussi se calcule en fonction de l’indice des prix à la consommation que l’on détermine à un moment précis. "Pour les véhicules, cela a été calculé en mai 2022, lorsque l’inflation était déjà très haute avec toutes les conséquences économiques liées au conflit ukrainien. Résultat : cette taxe de circulation a augmenté de 8,97% pour cette année", poursuit Nicolas Yernaux.

"Si vous avez une petite voiture, vous ne payerez peut-être qu’une vingtaine d’euros supplémentaires. Si votre véhicule est plus grand ou plus puissant, vous payerez sans doute plusieurs centaines d’euros en plus. La situation de chacun est variable mais l’augmentation est proportionnellement la même pour tout le monde", explique-t-il.

Evidemment, dès le moment où les prix redescendront, où l’on rentrera dans une déflation, les montants de ces deux taxes seront revus à la baisse, en suivant la même méthode de calcul de l’indice des prix. Les particuliers sont surtout concernés par ces deux taxes-ci. Il y en a d’autres qui fluctuent en fonction des prix mais ce sont davantage des niches fiscales, comme la taxe sur les automates (distributeur d’argent, pompe à essence en self-service, etc.), celle sur les appareils automatiques de divertissement (bingo, jeu de fléchettes, flipper, etc.), et celle sur les sites économiques désaffectés.

Sur le même sujet

Shrinkflation : la stratégie des marques pour nous faire payer plus cher

Budget

L'immobilier toujours plus cher en Belgique, et cela devrait continuer en 2022

Economie

Articles recommandés pour vous