Belgique

Près d'un quart des sans-abris recensés en Belgique sont des enfants

© Getty

17 mars 2022 à 05:00 - mise à jour 17 mars 2022 à 12:31Temps de lecture3 min
Par Jennifer Istace

La Fondation Roi Baudouin a procédé au dénombrement des personnes touchées par le sans-abrisme ou l’absence de chez-soi dans les villes de Charleroi, Namur, dans le sud de la Flandre occidentale et dans la région de Vilvorde. C’est la deuxième année consécutive que ce recensement a lieu, l’année dernière, il avait été effectué à Arlon, Liège, Gand et dans la province du Limbourg.

Qui est concerné ?

Au total, en 2021, 3847 personnes sans-abri ou sans chez-soi ont été recensées dans les villes concernées.

RTBF Info

Un sans-abrisme caché

Le projet est innovant car il met en exergue une partie cachée de l’iceberg du sans-abrisme : "Nous avons utilisé une méthodologie qui va réellement analyser toutes les facettes du sans-abrisme et pas seulement aller compter les personnes trouvées en rue ou en abris de nuit. On prend en compte les dimensions moins visibles du phénomène comme avec des personnes qui vont loger chez des amis ou dans la famille, qu’on ne voit donc pas dans l’espace public et qu’on pense qu’elles ne sont pas concernées par cette problématique" explique Cathy Verbist, responsable communication de la Fondation Roi Baudouin.

Des surprises

Les chiffres obtenus sont supérieurs à ceux estimés et la localisation des personnes touchées étonne également. Pour Martin Wagener, membre de l’équipe de recherche sur le sans-abrisme UCLouvain : "On a été étonné de constater presque autant de personnes touchées par le sans-abrisme à Namur (1146) qu’à Charleroi (1159) car Charleroi compte plus d’habitants et est a priori dans une situation socio-économique plus précaire que Namur. Mais finalement, cela s’explique par le fait qu’à Namur, il existe davantage de maisons d’accueil et plus de familles avec enfants. Mais cela montre bien que le phénomène touche toutes les régions du pays. Le dénombrement permet d’ajuster le regard des travailleurs de terrain pour qu’ils aient une vision plus ajustée du phénomène."

Quel est le profil ?

RTBF Info

Les enfants séjournent principalement dans des maisons d’accueil, des logements de transit, dans la famille ou chez des amis de manière temporaire. Le professeur Martin Wagener, membre de l’équipe de recherche sur le sans-abrisme UCLouvain, explique : "On ne s’attendait pas à trouver autant d’enfants logés dans la famille ou chez des amis. Au plus le nombre d’enfants issus de la même famille est important, au plus les familles rencontrent des difficultés à trouver une solution à leur sans-abrisme car il est plus difficile d’accueillir une grande famille qu’une personne isolée avec un seul enfant."

RTBF Info

30 à 35% des personnes dénombrées sont des femmes. Elles passent principalement la nuit dans des centres d’hébergement pour sans-abri, dans leur famille ou chez des amis. Elles connaissent des périodes de sans-abrisme plus courtes que les hommes et la raison de leur situation de logement instable est le plus souvent liée à la violence domestique ou à des problèmes relationnels.

RTBF Info

20 à 40% des personnes touchées par le sans-abrisme sont issus de l’immigration, cela peut s’expliquer par le manque de structures qui leur sont offertes, selon le professeur Martin Wagener, membre de l’équipe de recherche sur le sans-abrisme UCLouvain : "Ces personnes immigrées essayent de se débrouiller. Certaines sont en situation de séjour précaire, dès lors, ils ont juste accès aux hébergements d’urgence, donc aux abris de nuit mais pas aux maisons d’accueil, on les retrouve donc plus rapidement dans des lieux non-conventionnels comme les squats."

Les situations de logement

Dormir dans la rue ou dans des lieux non-conventionnels est une réalité en Belgique et les personnes visibles dans l’espace public ne sont que la pointe de l’iceberg car les personnes dénombrées dans l’espace public, en hébergement d’urgence et en foyer d’hébergement ne représente qu’un tiers de la population totale dénombrée. Martin Wagener, membre de l’équipe de recherche sur le sans-abrisme UCLouvain ajoute: "Les stéréotypes sur le profil des personnes touchées par le sans-abrisme doivent tomber. Les chiffres montrent qu’on a des situations d’entrée dans le sans-abrisme et des situations de logement très différentes. Les autorités publiques doivent pouvoir répondre à tous les cas de figure."

Sur le même sujet

Sans-abrisme à Namur : Plus de 1000 personnes sont concernées

Regions

Comment les communes rurales gèrent-elles le sans-abrisme ?

Regions

Articles recommandés pour vous