RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Près d'un sans-abri sur deux de Bruxelles a déjà été battu ou attaqué

Près d'un sans-abri sur deux de Bruxelles a déjà été battu ou attaqué
03 déc. 2020 à 14:08 - mise à jour 03 déc. 2020 à 14:08Temps de lecture1 min
Par Belga

Les bénévoles et les travailleurs de terrain de la campagne 400 Toits, qui agit pour mettre fin au sans-abrisme à Bruxelles, ont interrogé en septembre les personnes sans logis afin d'identifier leur profil et leurs besoins.

Les résultats de leur enquête sont préoccupants. La moitié des répondants vit dans la rue depuis au moins deux ans et près d'une personne sur deux a déclaré avoir déjà été battue ou attaquée depuis qu'elle est sans-abri.

Il s'agissait de la troisième édition du "Face-à-face pour un logement" de la campagne 400 Toits, les deux précédentes ayant eu lieu en 2017 et 2018. Au total, 167 personnes ont participé à l'enquête menée en Région bruxelloise, parmi les 468 personnes qui ont été vues lors de l'action.

Parmi ces 167 participants, une majorité était des hommes âgés de 46 à 59 ans. Cependant, les femmes sont elles aussi touchées de plus en plus gravement.

"Nous notons une hausse significative des femmes ayant un degré de vulnérabilité élevé, c'est-à-dire nécessitant un logement durable avec un accompagnement intensif. Ce pourcentage est passé de 28,6% en 2017 à 50% en 2020", souligne la coordinatrice de la campagne 400 Toits, Adrienne Vanvyve.

"Par ailleurs, le pourcentage de personnes hospitalisées au moins une fois au cours des six derniers mois a lui aussi augmenté, passant de 14,9% en 2018 à 21% en 2020", poursuit-elle. Près d'un tiers des participants souffrent d'un problème de santé chronique lié à un ou plusieurs organes vitaux, comme le foie, les reins, l'estomac, les poumons ou le cœur.

En outre, un tiers des sondés ne parvient pas à subvenir à l'ensemble de ses besoins essentiels, comme se laver, changer de vêtements, aller à la toilette, trouver de la nourriture et de l'eau potable.

Deux tiers n'ont aucune source de revenus. Presque la moitié des personnes sans-abri n'ont aucune activité qui leur apporte de la joie et de l'épanouissement. Enfin, 30 ans, c'est le nombre le plus élevé d'années passées en rue parmi les participants.

Journal télévisé 13/06/2018

L'insécurité des SDF à Bruxelles

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Accueil des sans-abri en période de covid-19 : des aides supplémentaires sont disponibles, mais l’hiver sera dur

Articles recommandés pour vous