Politique

Près de 5000 places d’accueil dans des crèches en Wallonie et à Bruxelles grâce à un effort conjoint des deux régions et de la Fédération Wallonie-Bruxelles

C’était un peu la course à "qui communiquera le premier", ce jeudi matin entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région Wallonne. Du côté de la Fédération, un communiqué de Bénédicte Linard (Ecolo), la ministre de l’Enfance, envoyé aux rédactions à 11h23 annonce la création de "5000 places de crèches en Wallonie et à Bruxelles d’ici 2026". Quelques minutes plus tard, à 11h30, une conférence de presse conjointe des ministres wallonnes de l’Emploi, Christie Morreale (PS), et de l’Infrastructure de la petite enfance, Valérie Debue (MR), chapeautée par le ministre-président wallon Di Rupo, annonce, elle, la création de "plus de 3000 places supplémentaires dans les milieux d’accueil de la petite enfance" en Wallonie.

Dans les faits, la Région wallonne utilise ses compétences en matière d’emploi et d’infrastructures pour venir en aide à la Fédération Wallonie-Bruxelles pour permettre la création plus rapide de nouvelles places de crèche en Wallonie. Environ 3000 places sur les 5000 annoncées par la ministre de l’Enfance en Fédération Wallonie-Bruxelles sont ainsi prévues en Wallonie.

La Région bruxelloise a déjà pris des dispositions semblables en décembre dernier pour permettre l’ouverture de nouvelles places sur son territoire.

Au départ, la Fédération Wallonie-Bruxelles est à la manœuvre

Ce jeudi, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a officiellement donné son feu vert au plan de la ministre de l’Enfance, Bénédicte Linard (Ecolo) qui vise à la création de 5000 nouvelles places de crèche en Wallonie et à Bruxelles d’ici 2026. L’accueil de la petite enfance est une compétence communautaire et donc, du ressort de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Les raisons qui poussent à la création de places de crèche supplémentaires sont multiples. Cela doit permettre d’améliorer le bien-être et le développement des enfants, de participer à la lutte contre la pauvreté infantile. Cela doit aussi permettre à plus de personnes, en particulier des femmes, d’accéder au marché du travail, notamment celles en situation de monoparentalité.

La création de 5000 nouvelles places d’accueil se fait en collaboration avec les régions wallonne et bruxelloise.

A Bruxelles, ce sont, dans un premier temps, 876 places qui vont s’ouvrir immédiatement, car les infrastructures existent. Il s’agit de crèches déjà ouvertes qui disposent de places supplémentaires. Dans un deuxième temps, 1224 nouvelles places seront créées après le lancement d’appels à projets.

Les modalités pour la Wallonie ont été dévoilées par le gouvernement wallon ce jeudi 31 mars par les Ministres en charge de l’Emploi et des Infrastructures (voir ci-dessous).

Les régions subsidient des bâtiments et des emplois. La Fédération Wallonie-Bruxelles, elle, conformément aux objectifs du contrat de gestion de l’ONE 2021-2025, au plan "Droits des femmes" et au "plan quinquennal de lutte contre la pauvreté et pour la réduction des inégalités sociales", consacrera près de 30 millions d’euros pour l’ensemble des 5000 nouvelles places.

La Région wallonne intervient dans ses compétences : l’emploi et les bâtiments

De son côté, la Région wallonne intervient pour soutenir la Fédération Wallonie-Bruxelles dans cette démarche de création de places de crèche.

La Région est compétente en matière d’emploi. Elle constate que le manque de places d’accueil de la petite enfance constitue un frein à l’emploi ou à la formation. "Souvent, des gens disent ne pas savoir faire garder leur enfant et donc, ne pas savoir aller travailler ou venir en formation", explique Christie Morreale (PS), la ministre wallonne de l’Emploi.

Le problème concerne notamment souvent les familles monoparentales et souvent des femmes. 8 familles monoparentales sur 10 sont en effet constituées d’une mère élevant seule son ou ses enfants. 54% de parents de familles monoparentales ont un emploi et une fois sur deux, ce n’est pas un temps plein, faute de place de crèche disponible.

En Région wallonne, on compte 33.000 places d’accueil dans des crèches. Il en faudrait 40.000.

Avec ses compétences en matière d’emploi, la Région wallonne va injecter de l’argent pour permettre la création de 700 emplois dans le secteur de l’accueil de la petite enfance. Pour cela, un budget annuel de 18,9 millions d’euros est prévu.

Dans ses compétences "infrastructure", la Région wallonne subsidiera à 80% la construction de nouvelles crèches. Au total, ce sont 130,9 millions d’euros qui seront destinés à la création d’infrastructures. "On vient avec cette manne de l’Europe, de la Wallonie pour créer des places en infrastructure", explique Valérie Debue (MR) la ministre wallonne de l’Infrastructure.

La Wallonie fixe des critères pour la création des nouvelles places de crèche

La création de nouvelles places de crèche en Wallonie ne se fera pas n’importe où ni n’importe comment.

Sur les quasi 3000 places que compte subsidier la Région wallonne, 1757 le seront via le Plan de relance européen. Ces 1757 places devront être créées dans 39 communes identifiées en raison du faible taux d’emploi des femmes, du taux élevé de familles monoparentales, du faible revenu par habitant et parce que ces communes comptent trop peu de crèches.

Les 1386 autres places de crèche subsidiées par la Région wallonne pourront être créées dans toutes les autres communes wallonnes.

Pour bénéficier des aides à la création de nouvelles places de crèches, il faudra répondre à un appel d’offres et respecter des critères. Les nouveaux bâtiments construits devront ainsi, par exemple, respecter des normes énergétiques. Les infrastructures construites devront l’être prioritairement dans des zones accessibles (en transports en commun, par exemple), et être à proximité d’une offre de service public (CPAS, Espace numérique public, services d’insertion et de formation).

Les places de crèches devront être ouvertes au plus tard le 31 août 2026.

Sur le même sujet

Crèches: Pierre-Yves Jeholet éreinte le projet de réforme Linard

Belgique

Articles recommandés pour vous