RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus

Près de 8 fois moins de risques de cas grave avec Omicron, par rapport à Delta: voici les profils qui restent à risque

07 févr. 2022 à 12:39 - mise à jour 07 févr. 2022 à 13:17Temps de lecture2 min
Par Xavier Lambert

La protection apportée par la vaccination reste essentielle pour les personnes âgées et/ou avec comorbidité, et ce même depuis l’émergence du variant Omicron : c’est une des conclusions d’une étude qui vient d’être publiée en "preprint", et donc non encore évaluée par les pairs. Ce n’est pas la première du genre, mais celle-ci a l’avantage d’avoir été effectuée près de nous, et de porter sur un nombre important de cas : il s’agit en effet de près de 150.000 cas passés au crible par Santé Publique France entre le 6 décembre et le 7 janvier, et qui examinaient la gravité des infections selon le variant, Omicron ou Delta.

L’étude confirme la moindre sévérité d’Omicron, mais souligne que les personnes âgées continuent à présenter un risque important d’hospitalisation si elles ne sont pas vaccinées, même si le risque est beaucoup plus faible qu’avec Delta.

Des différences importantes selon l’âge

149.064 cas ont été inclus dans l’étude, et le risque a été ajusté en fonction de l’âge, du sexe, du statut vaccinal, de la présence d’une comorbidité et de la région de résidence. Dans toutes les tranches d’âge, comme ça avait été le cas en Afrique du Sud, le risque d’événement grave était plus faible chez les cas Omicron que chez les cas Delta.

Les personnes âgées de 18 à 79 ans présentant une infection symptomatique par la variante Omicron avaient un risque 7,7 fois plus faible de présenter un événement hospitalier grave que celles présentant une infection symptomatique par la variante Delta. Chez les personnes âgées de 80 ans et plus, la différence de risque entre les deux variantes était plus faible : les cas Omicron présentaient un risque 3,3 fois plus faible.

Le risque augmentait fortement avec l’âge (six fois plus chez les 65-80 ans que chez les 40-65 ans, 16 fois plus pour les plus de 80 ans) et était plus faible chez les vaccinés que chez les non-vaccinés. Entre 18 et 79 ans, le risque a été divisé par 6,7 pour les personnes vaccinées, qu’elles aient reçu ou non un rappel. Chez les plus de 80 ans, le risque était divisé par 4,3 avec un rappel et 2,2 avec une primo-vaccination

Le risque était aussi plus élevé chez les cas présentant des comorbidités (3,7 fois pour une comorbidité à très haut risque et 2,8 fois pour des comorbidités à risque moyen), et chez les hommes : le risque était presque deux fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes, sans différence majeure entre les personnes âgées de 18 à 79 ans et celles de 80 ans et plus.

Alexander De Croo: Omicron n'est pas "une banale grippe d'automne" (séance plénière 20/01/2022)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Coronavirus : le variant Delta a pratiquement disparu en Belgique

Belgique

Infecté par le Covid-19, on risque beaucoup plus de développer une forme grave si on est un homme : pourquoi ?

Coronavirus

Articles recommandés pour vous