Inondations 2021

Près de six mois après les inondations, Chênée retrouve son marché hebdomadaire

Près de six mois après les inondations, Chênée retrouve son marché hebdomadaire

© RTBF

04 janv. 2022 à 12:52Temps de lecture1 min
Par Françoise Dubois avec C. Adam

C'est un peu de vie qui est revenue ce mardi matin dans un des quartiers inondés en juillet dernier à Liège.

A Chênée, le marché hebdomadaire a en effet retrouvé son site habituel, sur la place du Gravier. De quoi satisfaire commerçants et clients, même si, tout autour, de nombreuses maisons attendent toujours d'être rénovées.

Les gens ont besoin de retrouver leurs anciens repères

A Chênée, le marché hebdomadaire a retrouvé son site habituel.
A Chênée, le marché hebdomadaire a retrouvé son site habituel. © RTBF

Les poulets viennent d'être placés sur les broches, les maraîchers arrangent fruits et légumes, et Chez Delhez, présent depuis cinq générations, les premières housses de couette sont vendues : "Bien sûr, il est important de retrouver notre clientèle. Ça fait 5 générations que nous sommes présents ici. Je crois que les gens ont besoin de retrouver leurs anciens repères". "C'est vraiment une clientèle de vieilles personnes habituées dans le coin, qui sont à pied, et qui sont vraiment contentes d'avoir un marché. Ça les fait vivre, ça les met de bonne humeur."

Pascal, lui, reprend ses habitudes: un petit café avant le boulot. Et même si beaucoup d'habitants sont encore sinistrés, "il faut que le quartier revive de ses cendres", confie-t-il.

On voit encore beaucoup de dégâts, et ça fait mal

Ici, commerçants et clients se connaissent depuis des années, les uns soutiennent les autres. "C'est triste sans marché. C'est vrai qu'ici, c'est le rassemblement. On voit encore beaucoup de dégâts, et ça fait mal", explique une cliente.

Autour du marché, les traces des inondations sont toujours bien présentes.
Autour du marché, les traces des inondations sont toujours bien présentes. © RTBF

Si l'ambiance est détendue, tout autour, les maisons sont pour la plupart inhabitées, ravagées, comme celle de Joëlle, qui venait tout juste d'acheter. "On venait d'acheter notre maison ici. Si c'est pour nous demander ce qu'on pense du marché, je peux vous dire que c'est plus embêtant qu'autre chose. Vous avez tous les entrepreneurs qui ne savent pas se garer, les gros camions qui doivent décharger de la marchandise... Donc, personnellement, ça n'égaie pas ma journée. C'est comme si on me proposait un frigo et que je n'ai pas d'électricité."

A Chênée, comme ailleurs dans la vallée, si l'espoir renaît, il faudra encore des mois pour panser les plaies de la mi-juillet.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous