RTBFPasser au contenu
Rechercher

Présidentielle en France

Présidentielle 2022 : "Elle serait un désastre pour la France", la presse étrangère commente le second tour

24 avr. 2022 à 08:27 - mise à jour 24 avr. 2022 à 15:43Temps de lecture3 min
Par Paul Verdeau (RTBF Info)

Si la trêve électorale empêche officiellement depuis vendredi soir les éditorialistes français de commenter le scrutin qui a lieu ce dimanche, la presse étrangère ne s’est pas fait prier pour donner son avis avant le second tour entre le président sortant Emmanuel Macron (La République en Marche, LREM) et sa rivale du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen.

Dans son édito de ce samedi dans La Libre, Olivier le Bussy résume la prise de position des leaders européens : "Pas elle". "Outre qu’il serait un désastre pour la France, un quinquennat de Marine Le Pen aurait pour l’Union européenne des conséquences graves, sinon irrémédiables – dont pâtiraient aussi les Français", écrit l’éditorialiste belge. Selon lui, Marine Le Pen est "la candidate-héritière" d’un parti qui porte "une vision malsaine et surannée de la nation". "L’Europe ne sait que trop bien où cela conduit", prévient Olivier le Bussy.

Loading...

Même conclusion du côté du Temps, en Suisse : Richard Werly considère qu’un "précipice" sépare les deux candidats, qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur la diplomatie et l’économie de l’UE. Sortie unilatérale du marché de l’électricité, baisse de la contribution française au budget communautaire, supériorité du droit constitutionnel français sur le droit européen… Autant de mesures qui rappellent "ce que réclament aujourd’hui les gouvernements polonais et hongrois, en guerre juridique avec la Commission", rappelle l’éditorialiste suisse.

Un coup du lapin

L’élection de Marine Le Pen serait donc un "scénario catastrophique", selon Richard Werly, qui précise que "l’exemple du Brexit a montré combien ce type de divorce, qui plus est en période de fortes convulsions internationales, débouche sur une cascade de crises, d’incertitudes, de démagogie et de surenchères, toutes sources d’instabilité."

Dans le Washington Post, Ishaan Tharoor confirme que même si l’avance d’Emmanuel Macron est large, pour beaucoup d’observateurs européen, ce scrutin est "une raison de suer à grosses gouttes". "Une présidence Le Pen marquerait un coup du lapin, pas seulement pour la France, mais pour le continent entier", note l’éditorialiste américain.

La carte sociologique du vote RN vaut tous les discours

"L’heure n’est pas à la banalisation, elle ne le sera d’ailleurs jamais", affirme de son côté Quentin Joris dans l’Echo, qui rappelle également l’impact sur l’Europe d’une accession de l’extrême droite au pouvoir en France. Mais l’éditorialiste s’inquiète surtout de voir des électeurs "lassés par la piètre qualité du débat politique et qui ne feront probablement pas usage de leur droit de vote dimanche". "Peut-on décemment envisager de ne pas faire barrage au deuxième tour à une candidate d’extrême droite, dont certains fondamentaux bafouent les principes républicains français ? La réponse est évidemment négative, affirme-t-il. Agir autrement, c’est jouer avec le feu."

Pour Joëlle Meskens, correspondante en France pour Le Soir, ce serait "un immense soulagement" de voir la France "écarter" Marine Le Pen. Mais si la France éviterait ainsi de rejoindre le rang des "démocraties illibérales" d’Europe (Hongrie, Pologne, voire Russie), la réélection d’Emmanuel Macron ne serait qu’une façon "d’écarter le pire, mais sans la moindre euphorie", rappelle l’éditorialiste : "En pulvérisant les anciens partis de gouvernement, Emmanuel Macron a privé la France de toute autre possibilité d’alternance que radicale."

Joëlle Meskens rappelle que c’est "aussi la misère" qui a "poussé tant d’électeurs dans les bras de Marine Le Pen"."La carte sociologique du vote RN vaut tous les discours", note-t-elle, rappelant que cette cartographie devait "rester à l’esprit en Belgique", face à la montée des populismes.

Sur le même sujet

Présidentielle 2022 : les gilets jaunes vont-ils peser sur les élections françaises ?

Présidentielle en France

Articles recommandés pour vous