Prisons: vers une grève mardi, le personnel ne veut plus de visites hors surveillance en période Covid

Prisons: majorité en faveur de la grève mardi, le personnel ne veut pas des visites hors surveillance en période Covid.
18 sept. 2020 à 09:36 - mise à jour 18 sept. 2020 à 14:02Temps de lecture2 min
Par Patrick Michalle

Le préavis de grève du personnel des prisons est maintenu, sauf nouvelles concessions importantes de l'administration pénitentiaire, il y aura grève mardi.

Les syndicats peaufinent le texte officiel de leur décision prise en front commun mais les résultats de la consultation de la base sont sans appel, l'organisation de visites hors surveillance en période Covid même avec l'organisation d'une mise en "quatorzaine" pour les détenu(es)s qui en font la demande ne passe pas la rampe.

Les visites à table mieux acceptées par le personnel mais avec le masque

Les chiffres sont analysés par les syndicats avant une communication officielle et d'éventuelles (contre)propositions mais une majorité se dégage déjà en faveur du rejet du système d'assouplissement des visites mis en place dans les prisons depuis lundi dernier, à l'exception des visites à table sans plexiglas mais à condition que le port du masque soit lui maintenu.

Ce qui pose réellement problème pour le personnel, ce sont les visites hors surveillance (VHS) permettant aux détenu(es)s de recevoir leurs proches.

Ces "VHS" permettent au conjoint, aux enfants du détenu(es)s, de le rencontrer dans un cadre "libéré" des contraintes habituelles de la prison. L'espace réservé est proche d'un petit studio et la surveillance habituelle n'a pas lieu durant le temps imparti de la visite même si cette surveillance reste constante en amont et en aval de la rencontre. Et est conditionnée par une attitude de bienveillance du détenu à l'égard des conditions strictes imposées.

La crainte de voir les cas de COVID se multiplier dans les prisons

Pour les gardiens, une simple déclaration sur l’honneur du(des) visiteur(euse)s extérieur(es)s ne permet pas de garantir qu’il(s) n’importera(ont) pas le Covid au sein de la prison.

La proposition récente de l'administration pénitentiaire d’imposer au terme de chaque visite une " quatorzaine " (isolement) au détenu qui sollicite une VHS ainsi qu’une limitation du nombre de VHS par jour et par local dédié n’ont pas suffi à convaincre les gardiens de suspendre le préavis de grève : "Les changements proposés sont pratiquement impossibles à gérer sur le terrain, surtout dans les petites prisons" soulignent nos interlocuteurs . En cause, personnel et locaux disponibles pour gérer les "quatorzaine" successives et les locaux VHS qui doivent être totalement désinfectés après chaque visite, autant de surcharges de travail pour les équipes.

Articles recommandés pour vous