Monde

Privée de pièces détachées occidentales, la Russie démantèle des avions de ligne pour faire fonctionner sa flotte

© © Tous droits réservés

11 août 2022 à 11:10Temps de lecture2 min
Par Victor de Thier (avec Reuters)

Face aux sanctions occidentales, les Russes sont de plus en plus contraints de s'adapter... et le secteur aérien n'y échappe pas. Ce dernier est très dépendant des pièces étrangères. Or, les sanctions imposées à la Russie après l'envoi de ses troupes en Ukraine fin février empêchent les compagnies aériennes d'obtenir des pièces de rechange ou de bénéficier d'opérations de maintenance en Occident.

C'est pourquoi, rapporte l'agence de presse Reuters, Moscou a recommandé en juin dernier aux compagnies aériennes d'utiliser les pièces détachées de certains avions afin de garantir que sa flotte de fabrication étrangère puisse continuer à voler au moins jusqu'en 2025.

Des avions presque neufs démantelés

Selon les éléments obtenus par l'agence de presse, la compagnie aérienne russe Aeroflot a déjà commencé le démantèlement d'au moins un Soukhoï Superjet 100 de fabrication russe et un Airbus A350.

Ceux-ci sont actuellement cloués au sol et en cours de démontage, a déclaré à Reuters une source qui a requis l'anonymat en raison du caractère sensible du sujet. L'Airbus A350 est presque neuf, a précisé la source.

Des équipements ont également été prélevés sur quelques Boeing 737 et Airbus A320 d'Aeroflot, car le transporteur a besoin de plus de pièces de rechange de ces modèles pour ses autres Boeing 737 et Airbus A320.

Et cela risque de continuer : les nouvelles générations d'appareils - A320neo, A350 et Boeing 737 MAX et 787 - présentent des technologies qui doivent être constamment mises à jour.

Les compagnies directement impactées

Outre l'impact matériel, les sanctions ont également des conséquences directes sur les compagnies aériennes.

Aeroflot, qui figurait autrefois parmi les meilleures compagnies aériennes au monde, mais qui dépend désormais du soutien de l'État, a vu son trafic chuter de 22% au deuxième trimestre de 2022 sur un an, selon les données de la compagnie ; les sanctions l'ont empêchée de desservir la plupart des destinations occidentales.

Selon les calculs de Reuters basés sur les données de Flightradar24, quelque 50 avions d'Aeroflot - soit 15% de sa flotte, y compris les avions bloqués par les sanctions - n'ont pas décollé depuis fin juillet.

Biden Administration To Ban Russian Flights From U.S. Airspace
Biden Administration To Ban Russian Flights From U.S. Airspace AFP - MARIO TAMA

Quel avenir pour l'aviation russe ?

La majeure partie de la flotte d'avions de la Russie est constituée d'appareils commerciaux occidentaux. Même les Soukhoï Superjet, assemblés par les Russes, sont très dépendants des pièces étrangères.

Qu'une question de temps avant que les avions basés en Russie ne soient cannibalisés.

Si la Russie ne trouve pas rapidement une alternative aux pièces détachées occidentales, sa flotte aérienne risque donc d'être grignotée petit à petit. Or, les compagnies aériennes d'Asie et du Moyen-Orient ne pourront probablement pas approvisionner la Russie, face aux risques de sanctions de la part des gouvernements occidentaux.

Ce n'est "qu'une question de temps" avant que les avions basés en Russie ne soient "cannibalisés", a déclaré une source occidentale de l'industrie aéronautique auprès de Reuters.

La tâche de la Russie pour maintenir ses appareils modernes en service s'annonce donc ardue dans les prochaines années si les sanctions se prolongent, même si le pays dispose d'une base d'ingénierie hautement développée et compétente.

Sur le même sujet

Vol de pièces celtiques en or dans un musée en Allemagne, un butin de millions d'euros

Monde Europe

Guerre en Ukraine : à Soledar, vivre sous le feu et sous la terre

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous