Belgique

Prix de l'énergie : l'Open-Vld rejette tout abaissement de la TVA, "c'est un attrape-nigaud" selon Maggie De Block

L'Open Vld, le parti du Premier ministre Alexander De Croo, continue à s'opposer à tout abaissement de la TVA sur l'énergie pour contrer la flambée des prix du gaz et de l'électricité.

"Vous allez créer un trou de deux milliards d'euros dans le budget et il faudra le compenser en taxant plus lourdement la population que l'on prétend vouloir aider. C'est un attrape-nigaud", a commenté jeudi la cheffe de groupe libérale flamande, Maggie De Block, lors de l'émission Villa Politica (VRT).

Pour les libéraux flamands, un abaissement de la TVA n'aurait par ailleurs pas de bénéfice pour les indépendants et les entrepreneurs. Ceux-ci peuvent déjà déduire aujourd'hui la TVA sur leur coût énergétique. Ils ne profiteraient donc pas de la mesure, alors qu'ils seraient mis à contribution pour financer cet abaissement.

Pour Maggie De Block, il est par ailleurs extrêmement difficile de déterminer la durée de la mesure. "On n'a aucune assurance que les prix seront plus bas le 1er juillet prochain. Que faisons-nous alors s'ils sont encore plus élevés?".

 

Les libéraux flamands formulent plutôt une autre proposition. La TVA sur l'énergie resterait inchangée, mais les prélèvements exceptionnels du fédéral sur les factures énergétiques seraient ramenées de 70 à 0 euro par an. "Nous appelons les Régions à faire de même avec les prélèvements régionaux. La population aura le même résultat qu'avec un abaissement de la TVA", assure l'ancienne ministre.

L'Open Vld préconise également d'autres mesures qui devraient faire baisser les factures énergétiques des ménages à long terme, notamment via l'isolation ou le recours à des panneaux solaires.

Discussions lors du prochain kern

Le sujet sera discuté vendredi en comité ministériel restreint. La ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten, et son collègue des Finances, Vincent Van Peteghem, ont été chargés d'analyser les différentes options.

Plusieurs critères guideront le gouvernement, a rappelé le Premier ministre, Alexander De Croo, à la Chambre: les mesures doivent être temporaires, ciblées et soutenables pour les finances publiques.

A ses yeux, il faut aussi profiter du moment pour mener une politique qui, de manière durable, permette aux consommateurs d'accéder à une énergie à un prix modéré. "Nous devons faire plus que coller un emplâtre sur une jambe de bois", a-t-il dit.

"Il est temps d'agir", a lancé dans l'opposition le député Georges Dallemagne (cdH) dont le parti est favorable à un chèque énergie.

Le PTB a quant à lui défendu une baisse structurelle de la TVA. A ses yeux, l'argument selon lequel la mesure profite davantage aux hauts revenus n'a pas de sens. "Quoi? Vous allez mettre la TVA sur l'eau à 21% parce que c'est avec ça qu'ils rempliront leur piscine. Les riches doivent payer? Et bien faites un impôt sur la fortune", a déclaré Raoul Hedebouw.

Articles recommandés pour vous