Icône représentant un article video.

Prix de l'énergie

Prix de l'énergie : le certificat de performance énergétique du bâtiment (PEB) est-il un outil fiable ?

Le focus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 oct. 2022 à 15:18 - mise à jour 13 oct. 2022 à 09:42Temps de lecture8 min
Par Estelle De Houck sur base du Focus de Marie Vancutsem

En Wallonie ainsi qu'à Bruxelles, l'indexation des loyers sera désormais liée à la performance énergétique des logements. Dans les faits, les propriétaires de logements ayant un mauvais certificat de performance énergétique du bâtiment (PEB) ne pourront pas indexer le loyer qu'ils demandent à leur locataire. Néanmoins, une question se pose : le PEB est-il un outil fiable ? 

Selon Eric Mathay, président de la régionale bruxelloise du syndicat national des propriétaires et co-propriétaires, ce certificat est "peu fiable, manque de justesse et la méthodologie de calcul doit être affinée." Pour lui, les certificateurs PEB prendraient parfois des décisions problématiques, avec un impact direct sur le calcul final.

En outre, le PEB est différent d'une région à l'autre, souligne le spécialiste. "On aboutit à ce surréalisme à la belge où vous habitez à Uccle, et votre voisin qui habite en face à Linkebeek a un meilleur certificat énergétique pour un même appartement. Ce n'est pas non plus crédible", dénonce-t-il. 

Ces critiques sont d'ailleurs partagées par certains certificateurs eux-mêmes. Alain Meessen, auditeur Logement en Région wallonne déplore notamment le manque de précision du logiciel qui fait les calculs. "Il faudrait que l'administration et le cabinet du ministre se rendent compte des difficultés qu'on a à produire, des certificats qui soient réellement utilisables au niveau des gens." 

Il faut aussi se dire que le certificat PEB est quelque chose qui doit rester accessible économiquement

Isolation du toit, météo standard, châssis, panneaux solaires... Il faut savoir qu'il y a plus de 200 pages à suivre pour réaliser un certificat PEB. Et si Céline De Schryver, certificatrice à Bruxelles reconnaît qu'il y a parfois des points moins précis - comme l'étanchéité des joints de châssis qui n'est pas prise en compte dans le calcul - elle estime qu'on ne peut pas tout faire.

"Il faut aussi se dire que le certificat PEB est quelque chose qui doit rester accessible économiquement. On a déjà toute une série de données à relever, si on doit relever encore plus de données, on va y passer la journée. Et ça va coûter extrêmement cher pour les propriétaires."

Comment les pouvoirs publics répondent ils aux critiques formulées sur ces certificats PEB ?

Du côté des autorités bruxelloises, on répond que chaque région a sa propre échelle de calcul, basée sur la spécificité de son parc immobilier. "À Bruxelles, le parc immobilier est plus constitué d'appartements et de maisons mitoyennes, ce qui fait que, en moyenne, le parc immobilier consomme moins", explique Yves Mortehant, responsable du département certification PEB à Bruxelles Environnement. 

Le porte-parole du Service public de Wallonie Nicolas Yernaux est quant à lui revenu sur les garde fous mis en place. Il explique tout d'abord que la formation des certificateurs est homogène, et que n'importe qui ne peut devenir certificateur. Par ailleurs, des contrôles sont régulièrement mis en place. 

Cela reste quelque chose qui est fait par des humains, donc il peut y avoir des erreurs, voire même des abus parfois

"Cela reste quelque chose qui est fait par des humains, donc il peut y avoir des erreurs, voire même des abus parfois. On a donc une équipe de contrôle au sein du Service public de Wallonie qui vérifie occasionnellement le travail des certificateurs. Et c'est aussi un organisme qui peut être interpellé par les citoyens, s'ils constatent qu'il y a eu un problème lors de leur certification PEB."

Ce qui est certain, c'est que la certification PEB, à défaut d'être parfaite, devrait au moins avoir la confiance des différents acteurs du secteur, vu l'importance qu'elle va prendre. Et ce n'est pas encore gagné.

Pour la certificatrice Céline De Schryver, cela pourrait peut être même poser problème à l'avenir. "C'est vrai que ça me fait un peu peur cette obligation par rapport à l'indexation, parce que ça nous met une pression. J'ai peur de certains propriétaires qui nous mettent un peu la pression pour obtenir une certaine note alors que c'est totalement indépendant de notre bonne volonté. On ne fait qu'encoder des données."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous