Energie

Prix de l’énergie : Bolt suspend les nouveaux contrats par crainte de retards de paiement

Un tableau électrique

© Tous droits réservés

05 oct. 2022 à 07:06 - mise à jour 05 oct. 2022 à 13:46Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Alain Lechien

Le fournisseur d’énergie Bolt n’accepte plus de nouveaux clients à Bruxelles et en Wallonie, a confirmé mercredi matin l’entreprise. Cette dernière ne veut pas prendre le risque d’attirer des consommateurs qui ne seraient pas en mesure de payer leurs factures.

"Les prix du gaz et de l’électricité sont en train de baisser depuis quelques jours. Si cette tendance se poursuit, nous reprendrons de nouveaux clients. La mesure sera réévaluée chaque semaine", assure la porte-parole de l’entreprise.

Cette dernière souligne que "la réglementation à Bruxelles et en Wallonie n’est pas idéale pour les fournisseurs d’énergie". "Les frais de réseau et les taxes doivent être payés au gestionnaire et aux autorités, même lorsque les factures des consommateurs ne sont pas encaissées. Les règles sont plus équilibrées en Flandre."

Deux fournisseurs d’énergie encore présents à Bruxelles

Selon le site internet du régulateur Brugel, il ne resterait donc plus qu’Engie Electrabel, TotalEnergies et Luminus. Ce dernier était actif à Bruxelles via MediaMarkt. Mais Luminus elle-même confirme que ce ne sera plus le cas et qu’elle non plus n’acceptera plus de nouveaux clients.

Les Bruxellois n’ont donc plus qu’Engie Electrabel et TotalEnergies vers qui se tourner. Il y a bien Brusol EnergyVision, mais cette dernière ne livre de l’électricité qu’aux clients détenteurs de panneaux solaires. D’autres fournisseurs, comme Eneco, sont également actifs à Bruxelles dans la livraison de gaz et d’électricité, mais là encore pour des contrats existants.

Le régulateur régional du marché de l’énergie évoque une situation "problématique". "Moins de fournisseurs signifie moins de concurrence à Bruxelles", avance une porte-parole. "Nous avons déjà conseillé de rendre le marché plus attrayant."

Bruxelles reste un marché difficile

Selon la Febeg, la fédération des entreprises de gaz et d’électricité, Bruxelles reste un marché difficile. Les entreprises doivent en effet proposer des contrats de trois ans. Les procédures avec les mauvais payeurs éventuels sont en outre fastidieuses. Toute entité souhaitant rompre un contrat avec un mauvais payeur doit aller en justice de paix. "Et cela peut prendre facilement un an et demi", explique le directeur général de la Febeg Marc Van den Bosch.

Engie n’a de toute manière pas l’intention de quitter Bruxelles. "Engie souhaite rester active dans les trois Régions", précise une porte-parole. "Mais Bruxelles est en effet un marché exigeant."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous