Politique

Prix de l’énergie, inflation : les syndicats ont demandé des mesures d’urgence au gouvernement

07 sept. 2022 à 13:40 - mise à jour 07 sept. 2022 à 15:55Temps de lecture2 min
Par Jean-François Noulet, avec Belga
RTBF – L. Henrard

Après les patrons, lundi, c’était au tour des responsables syndicaux d’être reçus, ce mercredi, chez le Premier ministre.

Les syndicats sont venus exposer leur point de vue sur la crise actuelle qui frappe les ménages et ont réclamé des mesures urgentes. La hausse des montants des factures d’énergie inquiète énormément, notamment. Pour les syndicats, il ne peut être question d’attendre encore le mois prochain avant de renforcer le soutien aux ménages confrontés à la flambée de leurs factures.

Autour de la table, les syndicats ont rencontré non seulement le Premier ministre, Alexander De Croo, mais aussi des membres du gouvernement fédéral et des responsables des régions tels qu’Elio Di Rupo (Région Wallonne) et Rudy Vervoort (Région bruxelloise).

Lundi, les fédérations patronales avaient fait part de leurs doléances aux autorités du pays.

Une grève en novembre si les syndicats n’obtiennent pas de réponse d’ici la fin septembre

"Le Premier ministre nous a dit sa détermination à agir. Pour nous, c’est maintenant qu’il faut le faire, de façon concrète", a souligné la secrétaire générale de la CSC, Marie-Hélène Ska. Les syndicats ont déposé un préavis de grève générale pour le mois de novembre. "Si nous déposons un préavis, ce n’est pas pour le plaisir mais c’est parce qu’avant les vacances, nous avons organisé une manifestation nationale qui a réuni 80.000 personnes, c’est parce que, depuis lors, les factures explosent, et qu’il n’y a pas de réponse. S’il n’y a pas de réponse d’ici la fin septembre, la grève aura lieu. Chaque mois qui passe, c’est l’angoisse et la colère qui montent chez les gens", a averti le président de la FGTB, Thierry Bodson.

Aux yeux des représentants des travailleurs, les gouvernements ne peuvent attendre les décisions qui seront prises à l’échelon de l’Union européenne – un conseil des ministres européens consacré au prix de l’énergie se tiendra vendredi – et doivent rapidement prendre de nouvelles mesures, en plus de celles déjà prises et prolongées.

L'invité: Thierry Bodson, président de la FGTB

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les syndicats revendiquent notamment une nouvelle extension du tarif social de l’énergie, l’interdiction de coupures des compteurs durant l’hiver ou encore un chômage temporaire des travailleurs dont l’entreprise est touchée par la crise énergétique qui intervient en même temps que des reports de cotisations sociales pour l’entreprise.

Des discussions intercabinets sont en cours sur de nouvelles mesures, assurait-on de source gouvernementale. L’échéance annoncée est celle des "prochains jours". Le gouvernement n’attend pas l’Europe pour travailler et amortir le choc pour les ménages et les entreprises, ajoutait-on, tout en faisant remarquer que c’est à ce niveau que les mesures peuvent être prises pour bloquer les prix.

Sur le même sujet

Crise énergétique : le secteur associatif souffre d’un manque de dons

Vidéo

Le Parlement européen valide l’accord sur les salaires minimums adéquats

Monde Europe

Articles recommandés pour vous