RTBFPasser au contenu
Rechercher

Jupiler Pro League

Pro League : Karel Geraerts T1 à l’Union, une suite logique dans un parcours réfléchi

Avec le départ de Felice Mazzu, c’est Karel Geraerts qui reprend le rôle de T1 à l’Union Saint-Gilloise.

Alors que Felice Mazzu s’est engagé à Anderlecht, l’Union Saint-Gilloise a choisi la solution interne pour remplacer son T1 en nommant Karel Geraerts au poste d’entraîneur. Une première pour l’ancien milieu de terrain qui sort de l’ombre après un peu plus de quatre ans passés à se former. Retour sur le parcours de l’ancien joueur du Standard et de Bruges.

Pour sa première expérience en tant que T1, Karel Geraerts aura la lourde tâche de remplacer Felice Mazzu parti à Anderlecht. Mais pour l’ancien milieu de terrain, c’est finalement une étape logique, un passage dans sa jeune carrière d’après joueur.

C’est début janvier 2017 qu’il annonce la fin de sa carrière de joueur pro. Sans contrat, l’ancien milieu défensif passé notamment par Charleroi, Bruges et le Standard n’attend pas très longtemps avant de se trouver un nouveau rôle. Du côté d’Ostende, il devient coordinateur sportif et le bras droit de Luc Devroe en 2017. En plus de cette fonction, il est également responsable de l’accompagnement des joueurs.

"J’avais laissé le football derrière moi mais cela me démangeait et je suis content d’avoir reçu cette opportunité de la part d’Ostende" se réjouit à l’époque Karel Geraerts.

Adjoint de Christiansen puis de Mazzu

Si l’aventure ostendaise ne dure qu’un an, Geraerts occupera ensuite la fonction de conseiller sportif au PE Maasmechelen en 2018 avant de se retrouver à l’Union Saint-Gilloise en juillet 2019 comme entraîneur adjoint de Thomas Christiansen.

Chris O’Loughlin, directeur technique de l’époque déclare à son propos : "Karel était un leader sur le terrain et il a la culture du football belge. Il veut s’impliquer au sein du club. C’est aussi important de donner sa chance à un jeune entraîneur belge".

Lorsque Christiansen est remplacé par Mazzu, Geraerts reste dans son rôle de T2 afin d’aider le nouvel entraîneur dans son acclimatation. Bourreau de travail, Karel ne compte pas ses heures et son investissement au club. Il déclare d’ailleurs à l’époque à la DH :

"Le fait d’avoir été un ancien joueur professionnel m’aide au quotidien. Je sais ce qu’ils vivent sur le terrain, face à la presse, face aux supporters et je comprends certaines de leurs réactions dans des situations bien précises. Je pense aussi être quelqu’un de fidèle. Je suis très reconnaissant envers Felice, qui m’apprend beaucoup et qui me respecte énormément. Quand je me sens respecté, je fais pareil. Mais c’est clair qu’un adjoint a moins de responsabilités. Il y a beaucoup plus de pression chez le T1, mais ce n’est pas pour cela que c’est invivable. Si tu n’aimes pas vivre avec la pression, parler à la presse ou devoir faire des choix, il ne faut pas devenir entraîneur principal. Il faut vivre le football à fond pour l’être."

Une pression avec laquelle il devra donc apprendre à vivre. Mais cela ne lui fait pas peur, car il y a quelques mois, il se voyait un jour devenir T1 : "Je sais que j’aurai confiance en moi-même le jour où on me demandera de devenir entraîneur principal quelque part. C’est un objectif, mais je ne veux pas aller trop vite."

A lui maintenant de montrer qu’il a la capacité de diriger un club comme l’Union Saint-Gilloise et de succéder à Felice Mazzu.

Sur le même sujet

Mazzu se rapproche d’Anderlecht, Geraerts pressenti pour le remplacer à l’Union

Jupiler Pro League

Felice Mazzu désigné Entraîneur de l'Année après la "plus belle saison" de sa carrière

Jupiler Pro League

Articles recommandés pour vous