Belgique

Procès des attentats du 22 mars : Ibrahim Farisi s'est rendu à la police fédérale, une requête de mise en liberté sera examinée par la cour lundi

08 sept. 2022 à 10:51 - mise à jour 09 sept. 2022 à 15:12Temps de lecture2 min
Par Patrick Michalle

Les frères Farisi sont désormais tous les deux en prison dans l'attente de l'audience préliminaire du procès des attentats de Bruxelles qui se tient lundi au Justitia.

Si Smaïl Farisi avait déjà été interpellé chez ses parents, son frère Ibrahim était toujours introuvable.

En fin de journée ce jeudi, Ibrahim Farisi s'est finalement rendu au siège de la police fédérale en compagnie de son avocat Xavier Carrette.

Il a ensuite été dirigé vers la prison où il séjournera au moins jusqu'à lundi date à laquelle une requête de remise en liberté sera examinée par la cour.

Pour Xavier Carrette, son client a pris la bonne décision : "il a fait le bon choix même si c'est difficile car depuis six ans il est libre et s'est bien conduit et puis du jour au lendemain à cinq jours du procès, le parquet fédéral décide d'exécuter l'ordonnance de prise de corps, c'est hallucinant, dans mes souvenirs, c'est chose qui n'est jamais arrivé avant".

 

© Tous droits réservés

Les logeurs des frères El Bakraoui

Pour rappel, l’un des deux frères, Smaïl Farisi a sous-loué un appartement à Etterbeek aux frères El Bakraoui sans savoir affirme-t-il l’usage que ceux-ci en feraient. C’est de cet appartement qu’ils sont partis le matin du 22 mars pour se rendre vers la station de métro la plus proche.

Pour Smaïl Farisi, la prévention "d’assassinat terroriste" a malgré tout été retenue lors du renvoi vers les assises. Tandis que pour son frère Ibrahim, impliqué seulement dans le nettoyage de l’appartement peu après les attentats, cette qualification d’assassinat terroriste n’est pas reprise.

Les deux frères clament leur innocence en ce qui concerne le volet terroriste du dossier. Ils n'ont jamais su ce qui se tramait dans l'appartement occupé par les frères El Bakraoui jusqu'au 22 mars, jour où ils ont appris leur implication dans les attentats de Bruxelles. 

La cour devra statuer sur une éventuelle remise en liberté

Justitia   salle audience du procès 22 mars
Justitia salle audience du procès 22 mars © Tous droits réservés

Ces arrestations demandées s'inscrivent dans le contexte d'une mesure "de prise de corps", une disposition de la procédure pénale qui consiste à l’avant-veille d’un procès d’assises à s’assurer que tous les accusés seront présents pour y être jugés. 

Au final, il appartiendra à la Cour, lors de l’audience préliminaire qui se tient ce lundi 12 septembre de prendre position sur les demandes de remises en liberté qui seront déposées par la défense des frères Farisi.

Les deux accusés sont libres, pour Ibrahim depuis novembre 2016 et pour son frère Smaïl depuis février 2018, et ceux-ci n’ont jusqu’ici pas manifesté de volonté de se soustraire à la justice.

En cas de décision positive, les deux accusés pourraient comparaître librement tout au long du procès.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous