"Progrès films" ou 50 ans de distribution du cinéma "art et essai" en Belgique

.

© Tous droits réservés

01 juil. 2016 à 17:00Temps de lecture1 min
Par cbd

D’abord  sous la houlette (pendant près de 30 ans) de Didier Geluck, puis sous celle (durant près de 25 ans) de Grace Winter, " Progrès films " fut et reste un pilier de la cinéphilie en Belgique.

Revisiter cette histoire, en compagnie de Morgan di Salvia, c’est évoquer une époque faste … et puis moins … pour le cinéma. C’est aussi, par ricochet, aborder la question du devenir du cinéma " art et essai " en Belgique et au-delà.

C’est, également, l’occasion de se remémorer les réalisateurs et les films qui nous ont subjugués, initiés, passionnés, convertis … et continuent de constituer des œuvres fondatrices du Cinéma d’hier et d’aujourd’hui.                                  

À l’affiche : Eisenstein, Poudovkine, Wajda, Tarkovski, Meyer, Delvaux, Degelin, Akerman, Rivette, Rohmer, Philibert, Iosseliani, Kaurismaki, ou encore Lieberman, Rogosin, Jarmush, Campion, Reygadas, Jodorowski, et même les studios Aardman.

Avec le catalogue de " Progrès films " c’est le programme même de Décadrages qui se concrétise sous nos yeux ébahis : " Il n’y a pas de vieux films, comme il n’y a pas de vieilles peintures. Il y a des films anciens " !  

Notre invité, Morgan di Salvia (Directeur de la Maison Culturelle de Quaregnon) a étudié l'Histoire contemporaine à l'Université Libre de Bruxelles. Après avoir été libraire, journaliste, commissaire d'exposition, et avoir écrit divers articles dans le domaine de la bande dessinée, il publie en 2015, " Progrès films – Un demi-siècle de distribution cinématographique en Belgique ", aux Editions du Cerisier.

Inscrivez-vous à la newsletter LaPremière!

Info, culture et impertinence au menu de la newsletter de La Première envoyée chaque vendredi matin.

Articles recommandés pour vous