RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Propos racistes à l’EPHEC : l’école condamne et sanctionne les étudiants

L’entrée principale de l’EPHEC à Woluwe-Saint-Lambert.

L’EPHEC a suspendu ce mardi des étudiants à titre conservatoire pour avoir tenu des propos racistes à l’encontre d’autres étudiants dans des groupes de messagerie. Les conversations privées, qui ont été relayées en masse sur les réseaux sociaux après avoir fuité, utilisent de nombreux termes dénigrants notamment envers les étudiants d’origine africaine et arabe.

Tout est parti d’une présentation liée à un cours de marketing donnée le 12 mai dernier sur le site de l’EPHEC à Louvain-La-Neuve. Dans le cadre d’un important travail de groupe, les étudiants des implantations de Woluwe et de Louvain-La-Neuve ont été rassemblés, alors qu’ils ne sont habituellement pas amenés à travailler ensemble. Le jour de la présentation, aucun incident n’a été signalé et aucun indice ne permettait à l’école d’avoir connaissance d’un quelconque problème.

Loading...

Mais quelques jours plus tard, la haute école a été mise au courant de propos tenus sur des conversations privées rassemblant une dizaine d’étudiants, sur les 6000 que compte l’institution. Dans les captures d’écran que nous nous sommes procurées, on retrouve des termes dénigrants à l’égard de l’origine des étudiants : "on est au zoo ici", "vraiment des singes là-bas" ou encore "ça fait pas cher le safari", en faisant référence aux étudiants du site de Woluwe-Saint-Lambert. Certains les qualifient même de "groupe de macaques", comme le révèlent les captures d’écran qui ont fuité sur le web. Les auteurs de ces propos sont 3 étudiants de l’EPHEC de Louvain-La-Neuve.

Ces propos vont totalement à l’encontre de nos valeurs. Ces phrases racistes sont inadmissibles, intolérables, inacceptables.

L’EPHEC a rapidement réagi sur le sujet et a indiqué sur Twitter "prendre l’affaire très au sérieux". La directrice de l’établissement, Emmanuelle Havrenne, condamne ces messages à caractère raciste. "Ces propos vont totalement à l’encontre de nos valeurs. Ces phrases racistes sont inadmissibles, intolérables, inacceptables. Nous avons rapidement réagi. Les auteurs de ces propos ainsi que les étudiants qui les ont likés sont suspendus. Ils vont être entendus et à la fin de cette procédure, nous déciderons des sanctions." La mesure de suspension a été prise à titre conservatoire, mais une procédure disciplinaire va suivre et être mise en place. Celle-ci devrait aussi déboucher sur une sanction, a indiqué la directrice.

Loading...

Cette dernière souhaite également que les autres étudiants non concernés par l’affaire ne soient pas stigmatisés, tout en mesurant l’importance de l’affaire. "Mais nous prenons ça très au sérieux. Un mail a été envoyé à tous nos élèves pour rappeler nos valeurs et des actions de sensibilisation et d’éducation à ces problématiques vont être mises en place dès la rentrée. C’est aussi au cœur de notre métier". Choquée par la tournure que ces évènements ont prise, la directrice éprouve également de la stupéfaction face à cette affaire.

Sur les réseaux sociaux, les condamnations de ces propos se multiplient et se transforment parfois même en appels à la violence, ce que déplore la Haute École qui en appelle au calme. Elle rappelle également que l’affaire ne concerne que 10 étudiants sur 6000 et ne souhaite pas d’amalgame.

Sur le même sujet

Constance Wu a tenté de se suicider à cause des réseaux sociaux

Tipik

Propos racistes à Blegny : l'Union Belge de football lance une enquête

Regions Liège

Articles recommandés pour vous