Regions Namur

Propreté à Sambreville : la suppression de poubelles publiques fait débat

En supprimant une partie des poubelles publiques, la Commune espère réduire le nombre de dépôts sauvages à Sambreville.

© Louis Matagne

A Sambreville, la majorité communale a récemment pris une décision forte : elle a supprimé environ 130 poubelles publiques, soit près de la moitié de son parc. Une suppression qui concerne toutes les entités du territoire et qui vise à responsabiliser la population. Explications.

Poubelles prises d’assaut

Les élus, tant du côté de la majorité que de l’opposition, et la population, partagent tous un constat : à Sambreville, de nombreuses poubelles publiques sont devenues, au fil du temps, des dépôts pour les déchets ménagers. La Commune a donc commandé une étude à l’asbl BeWapp et identifié 130 points noirs, c’est-à-dire 130 poubelles publiques régulièrement détournées et assaillies de déchets. Puis elle les a supprimés, en test, pour une durée de six mois. La philosophie est la suivante : en supprimant l’appât, on supprimerait le dépôt. Et, surtout, on responsabiliserait les citoyens au principe du coût vérité.

Et ça fonctionne ?

Le projet a débuté il y a un mois et, jusqu’à présent, les résultats font encore débat. Dans les rues de Sambreville, les citoyens sont en tout cas partagés. "Les poubelles débordaient et il fallait agir", nous explique ainsi une travailleuse qui fait quotidiennement le chemin entre la gare d’Auvelais et le centre. "Sur le chemin du travail, je vois beaucoup moins de dépôts, il fait clairement plus propre." D’autres citoyens pointent cependant de nouveaux problèmes : "on a le sentiment que, maintenant, les déchets sont répartis un peu partout, dans les caniveaux et sur les appuis de fenêtre notamment.", explique ainsi Mustapha. D’autres effets pervers sont pointés par une habitante de la périphérie d’Auvelais : "Le problème, c’est que certaines personnes ne veulent pas remplir leurs poubelles à puce, et déposaient donc leurs déchets dans les poubelles publiques. Maintenant qu’on les a supprimées, ces personnes viennent parfois remplir ma poubelle ménagère quand je la mets à rue."

Evaluation dans 6 mois

Alertée par des riverains et des commerçants mécontents, l’opposition interpelle régulièrement le collège depuis que la mesure est entrée en vigueur. Dernière en date, la libérale Francine Duchêne (MR et citoyens). "Je crois que le problème des dépôts s’est déplacé vers des endroits périphériques comme des bordures de champs ou dans la Sambre, c’est-à-dire des lieux où les gens ne sont pas vus.", explique-t-elle. Un constat qui n’est pas partagé par le cabinet du bourgmestre, Jean-Charles Luperto (PS). Sur le terrain, les ouvriers communaux auraient en effet remarqué qu’ils ramassaient moins de déchets qu’avant l’entrée en vigueur de la mesure. Seuls six lieux resteraient problématiques et pourraient voir revenir des poubelles publiques. Un bilan sera tiré au printemps.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous