Guerre en Ukraine

Protection temporaire : les exilés Ukrainiens peuvent désormais s’enregistrer au Palais 8 du Heysel

© Tous droits réservés

14 mars 2022 à 05:00 - mise à jour 14 mars 2022 à 15:19Temps de lecture3 min
Par Africa Gordillo, avec J-Fr. Noulet et T. D Quach

Les Ukrainiens venus trouver refuge en Belgique pour fuir la guerre ne devront plus faire la queue pendant de longues heures à l’extérieur, devant l’Institut Jules Bordet à Bruxelles. Depuis ce lundi matin, les portes du Palais 8 de Brussels Expo au Heysel sont ouvertes pour leur enregistrement en Belgique. Le nouveau centre d’accueil a été officiellement inauguré ce lundi après-midi.

Le site temporaire ouvert à Bordet par l’Office des étrangers ne convenait pas face au nombre important d’exilés : 658 Ukrainiens se sont encore enregistrés dimanche à l’hôpital Jules Bordet à Bruxelles, a précisé la porte-parole de l’Office des étrangers, Dominique Ernould.

Depuis l’ouverture du centre d’accueil, sur le site de l’ancien hôpital Bordet, 6048 Ukrainiens se sont enregistrés, soit environ 600 par jour. Sur les 6048 personnes, 2059 ont indiqué avoir besoin d’un logement. Le centre du site "Bordet" a fermé ses portes dimanche soir, à la veille de l’ouverture de celui du Heysel.

Plus de capacité d’accueil au Heysel

Le nouveau centre d’enregistrement des réfugiés d’Ukraine a été officiellement inauguré dans le Palais 8 de Brussels Expo, ce lundi après-midi. C’est désormais là que les réfugiés sont enregistrés pour obtenir le statut de protection temporaire.

L’inauguration s’est déroulée en présence du secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Sammy Mahdi, de la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden et du vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas. "La vitesse à laquelle les gens fuient l’Ukraine est sans précédent, mais la vitesse à laquelle les services ont construit ce nouveau centre l’est tout autant", a déclaré Sammy Mahdi. "Ce centre est particulièrement important pour donner de la clarté aux Ukrainiens le plus rapidement possible, ils ont déjà suffisamment souffert dans leur pays.", a-t-il poursuivi.

Une fois l’enregistrement des réfugiés ukrainien réalisé, Fedasil coordonne l’orientation vers un hébergement de crise pour les réfugiés qui en ont besoin.

Au Heysel, le centre d’enregistrement commencera à fonctionner avec 42 bureaux d’enregistrement. Au total, plus de 230 employés provenant, entre autres, de l’Office des Etrangers, de Fedasil et de la Croix-Rouge seront déployés pour assurer le bon déroulement des opérations, ont annoncé les autorités. Des fonctionnaires d’autres départements du gouvernement fédéral peuvent également proposer leur aide via le système du Federal Special Forces.

La capacité d'accueil du nouveau centre installé au Heysel est effectivement plus grande que celle de l'ancien centre implanté à l'hôpital Bordet. Ce lundi matin, cependant, nos équipes de reportage ont observé des files d'attente à l'extérieur du site du Heysel.   L'identité des candidats réfugiés devait en effet être vérifiée avant leur entrée dans le palais 8. L'attente à l'extérieur devrait être améliorée avec, par exemple, l'installation de toilettes, espéraient les bénévoles présents sur place. 

Une protection temporaire

Les exilés ukrainiens, en s’enregistrant, recevront une attestation de protection temporaire, en vertu de la directive du même nom activée par les 27. Cette législation européenne – jamais activée jusqu’ici – permet aux États membres de faire face, de manière coordonnée, à un afflux massif de réfugiés.

Deux millions de personnes ont déjà quitté l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février dernier et le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies évalue le nombre total possible d’exilés entre quatre et cinq millions. Un déplacement de population inédit en Europe depuis la deuxième guerre mondiale. Dans ce cas, on estime que pour la Belgique, cela pourrait représenter 200.000 réfugiés.

 

La carte "A"

Concrètement, sur base de la présentation de sa carte d’identité ukrainienne, le réfugié recevra une attestation de protection temporaire. Une fois celle-ci en sa possession, il pourra se présenter dans l’administration communale de son futur lieu de résidence où il recevra une carte "A" valable un an.

Ce titre de séjour donne accès au marché du travail, à la formation professionnelle, à l’enseignement et à l’hébergement. Il s’agit d’une protection solide, sans qu’il faille passer par un examen individuel de la demande comme c’est habituellement le cas.

La protection temporaire n’empêche pas le demandeur ukrainien d’introduire une demande d’asile (demande de protection internationale) bien que l’Office des Etrangers le déconseillait récemment sur son site.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous