Regions Liège

Province de Liège : comment s’organise la délivrance du permis de détention pour les animaux de compagnie ?

Province de Liège : comment s’organise la délivrance du permis de détention pour les animaux de compagnie ?

© M_a_y_a – Getty Images

Si vous voulez acheter, adopter ou recevoir un chien ou un poisson en Wallonie, vous devez présenter un permis de détention d’un animal de compagnie. Il est obligatoire depuis le premier juillet. Et il est délivré par votre commune. Le but : lutter contre la maltraitance animale. Ce document administratif prouve que vous n’êtes pas sous le coup d’une interdiction de détenir un animal de compagnie. Chaque commune a jusqu’au 30 septembre pour s’adapter et décider à quelles conditions elle délivre ce permis.

De zéro à 7 euros, en fonction des communes

Pour adopter une poule ou acheter un chien, il vous faut désormais un permis de détention d’un animal de compagnie en bonne et due forme. Avec un coût de 7 euros, c’est à Huy qu’il est le plus cher. Verviers, Spa ou Neupré vous le feront payer 5 euros. Il vous en coûtera 3 euros à Liège et il sera gratuit à Herstal ou Seraing et dans environ la moitié des communes de la province.

Une centaine de permis délivrés à Liège depuis le 10 août

À Liège, depuis le 10 août, environ une dizaine de permis sont distribués chaque jour. A Huy, ce sont environ une dizaine qui sont réclamés chaque semaine. À Seraing, on compte plus de 10 demandes depuis juillet. Souvent, cette autorisation est disponible soit par internet, soit en allant à la commune.

À la SPA de Liège, une simple promesse signée d’apporter le permis avant le 30 septembre suffira pour adopter. Mais quelques communes n’ont pas encore pris de mesures pour délivrer le document. C’est le cas de Verviers. "On demande une caution de 50 euros à toute personne voulant adopter et qui n’a pas encore ce fameux permis" explique Annick Denooz, du refuge de la SPA de Verviers. "Cette caution est rendue au particulier une fois qu’il s’est procuré le document à la commune, et notamment à la commune de Verviers puisque celle-ci devait encore s’organiser par rapport à la délivrance de ce document."

Le nombre d’adoptions d’animaux n’a pas changé

Visiblement, l’obligation de ce permis n’a toutefois pas fait diminuer le nombre d’adoptions de chiens et de chats. "Nous, ici, à la SPA de Verviers, on prenait déjà pas mal de précautions avant de faire une adoption, donc le nombre d’adoptions n’a pas changé, n’a pas évolué, n’est pas moindre par rapport aux autres années" explique Annick Denooz. "Depuis la mi-août, on va considérer qu’on a plus ou moins une dizaine d’adoptions par semaine, et sur cette dizaine d’adoptions, il y a 8 personnes sur 10 qui ont déjà ce fameux permis, les deux autres personnes doivent encore l’obtenir auprès de leur commune. Les gens sont désormais rodés à la nouvelle procédure de délivrance de ce document." À la SPA de Liège, le nombre d’adoptions a même augmenté par rapport à l’année dernière.

Pour tout renseignement sur le permis de détention, vous pouvez consulter le site bien-être animal de la Région wallonne.

Une "mesure discriminatoire" selon les professionnels du secteur

Getty Image

Reste le problème des commerces d’animaux de compagnie comme les oiseaux, les poissons, les rongeurs ou les reptiles. Les professionnels du secteur sont en effet les seuls à être obligés de réclamer ce permis au client. Ce qui n’est pas le cas pour les particuliers qui vendent ces animaux de compagnie. Une mesure discriminatoire pour Léonard Monami, de l’asbl Andibel : "Les amateurs peuvent continuer à élever des oiseaux sans contrôle chez eux, sans agrément. C’est pareil avec les gens qui auraient des poissons dans leur étang et qui voudraient les vendre, et c’est pareil avec les NAC, donc les petits mammifères, les serpents… il ne faut pas être agréé pour en élever."

Les commerçants craignent de perdre des clients au profit des vendeurs amateurs. L’association a introduit/va introduire un recours devant le Conseil d’État.

Sur le même sujet

Permis de détention d'un animal en Wallonie : la phase d'adaptation prend fin, moyennant quelques assouplissements

Belgique

Zoo d’Anvers : la lionne Tasa donne naissance à trois lionceaux

Vivacité

Articles recommandés pour vous