Regions Luxembourg

Province de Luxembourg: bonus du fonds des frontaliers pour certaines communes

Province de Luxembourg : étrennes du Fonds des frontaliers pour certaines communes

© Tous droits réservés

06 déc. 2021 à 09:59Temps de lecture2 min
Par Cathy Massart avec Philippe Herman

Les communes belges, qui comptent des citoyens qui travaillent au Grand-Duché, vont continuer à percevoir de l’argent du fonds des frontaliers.

Les frontaliers belges, qui travaillent au Luxembourg, paient leurs impôts au Grand-Duché. Du coup, leurs communes de résidence se retrouvent devant un manque à gagner en termes d’impôt local.

Heureusement, pour compenser, le Grand-Duché rétribue à ces communes une certaine somme d’argent, c’est ce qu’on appelle le fonds des frontaliers.

Cette année, il n’y a plus de quota à atteindre. Toutes les communes, qui ont au moins un travailleur frontalier, y ont droit.

Evolution du fonds des frontaliers

Depuis les années 2000, l’idée de compensations a fait son chemin. De 15 millions€ en 2004, le montant rétrocédé aux communes belges est passé à 30 puis à 34 millions et même à 48 millions en 2022. Une augmentation annuelle est également prévue par le dernier sommet entre les Gouvernements belge et luxembourgeois.

Mais le montant par commune ne connaîtra pas, en 2022, d’augmentation significative parce que, le Service Public Fédéral des Finances a pris en compte toutes les communes du pays qui ont des frontaliers belgo-luxembourgeois.

Ce sont 553 communes belges qui sont concernées comme De Haan la côte 5.500€, Uccle 155.000, etc.

Une compensation significative pour la Province de Luxembourg

Les montants, en Luxembourg, restent les plus élevés. 8 millions et demi pour Arlon, 3 millions 7 pour Aubange et plus de 2 millions pour Attert, Bastogne, Habay, Messancy et Herbeumont.

C’est notamment le cas de Hotton. Pour le Bourgmestre Jacques Chaplier, cette aide arrive au bon moment. "C’est certain que cela va bien nous aider pour l’élaboration du budget qui sera présenté le 21 décembre car on vit quand même des moments difficiles au niveau de la commune et des dépenses pour les inondations et puis il y a tous ces travaux qui créent la morosité chez les indépendants et qui coûtent cher car nous devons, régulièrement, ajouter des montants pour assurer la sécurité. Nous avons dû placer le fameux chapiteau et on a demandé 14.000 euros en plus à la commune. Mais il fallait le faire pour rester dans le respect du timing des travaux. Ce sont des dépenses qui n’étaient pas prévues mais ces 2 recettes, imprévues, vont mettre du baume sur les bleus".

Á Rendeux, on touchait déjà de l’argent du fond. Aujourd’hui, c’est plus ou moins un statu quo. Le Bourgmestre Cédric Lerusse et la Présidente du CPAS, Lucienne Dethier sont quand même heureux.

"On sait que les communes sont confrontées à des difficultés toujours croissantes. Ici, on bénéficie de 20.000 euros. C’est vrai que le montant ne change pas énormément. Mais, 20.000 euros dans un budget communal, à l’heure actuelle cela compte. Auparavant, nous étions dans une fourchette de 16.000 à 17.000 euros".

 

 

 

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous