RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Province de Namur : les camions-poubelles collecteront les déchets… et des données numériques

C'est ce qui s'appelle faire d'une pierre deux coups. En plus de ramasser les déchets, les camions-poubelles namurois deviendront prochainement des "camions-sentinelles" et collecteront une série de données sur l'ensemble du territoire provincial. Afin d'assurer cette mission complémentaire, une quarantaine de véhicules seront équipés, avant la fin du mois de mai, d'un boitier électronique ainsi que d'un ensemble de capteurs. Ce projet avait été le lauréat du Grand Prix Territoire intelligent lors des Smart Region Awards en 2019, le voilà donc à présent lancé de manière concrète. 

Pourquoi des camions-poubelles ?

Si, de prime abord, le rapprochement entre les ordures ménagères et la haute technologie peut ne pas sembler évident, l'intérêt d'un tel procédé se justifie par la couverture quasi totale du territoire que garantissent les camions-poubelles. "Nos camions roulent presque tous les jours et le font sur toutes les routes de la province" explique François Laureys, le chef de projet pour le Bureau économique de la province de Namur (BEP), "Plutôt que d'engager des véhicules privés avec des capteurs, nous avons préféré équiper notre propre flotte, autant ne pas brûler davantage de carburant pour collecter ces données. Nos camions passent de toute façon devant la porte des citoyens, donc autant rentabiliser au maximum leurs déplacements". 

BEP

À quoi ça va servir ? 

Le dispositif, à peine plus volumineux qu'une valise, sera fixé sur le toit des camions et ne nécessitera aucune manipulation de la part des éboueurs. "C'est une boitier orange, de la même couleur que les camions afin de le rendre plus discret", explique le directeur de Thelis, l'entreprise namuroise qui a conçu l'appareil, "D'un côté, vous avez un micro-ordinateur qui va collecter les données et les envoyer dans le cloud. De l'autre côté, vous avez une autre partie avec des capteurs. En fonction de la campagne de mesure que l'on va effectuer, en fonction de ce que l'on souhaite observer, on va pouvoir y mettre différents types de capteurs. En même temps que le camion va collecter les déchets, le système va, sur base régulière, par exemple tous les dix mètres, prendre une mesure. On va profiter de la tournée du camion pour collecter des données environnementales".

Dans un premier temps, la connectivité du territoire sera l'unique paramètre qui fera l'objet d'une telle mesure. "C'est un enjeu majeur sur notre territoire, on l'a vu lors de la crise covid, on avait tous besoin d'une bonne connexion chez soi pour travailler" avance François Laureys pour le BEP, "Nous allons pouvoir objectiver la situation, pouvoir vraiment mesurer quel est le service de chacun des opérateurs en tous points du territoire. Une objectivation qui va nous permettre ensuite de revenir auprès des opérateurs afin de tenter d'améliorer les choses".

Un programme est déjà lancé pour mesurer très prochainement la qualité de l'air sur l'ensemble de la province. Ensuite ? Tout est possible. Le boitier a été conçu de manière à pouvoir évoluer et intégrer facilement n'importe quel type de capteur à l'avenir. Les données collectées ne seront utilisées que par le BEP et ses partenaires publics et privés. Un projet inédit qui pourrait, à plus long terme, être amené à s'étendre à toute la région wallonne.

Sur le même sujet

UE et États-Unis trouvent un nouvel accord sur la protection des données personnelles

Vie privée

Le BEP, le bureau économique de la province de Namur, condamné pour homicide involontaire

Regions

Articles recommandés pour vous