Politique

Proximus raccorde son millionième bâtiment à la fibre optique, c’est l’Atomium.

27 juin 2022 à 12:45 - mise à jour 27 juin 2022 à 12:46Temps de lecture3 min
Par Jean-François Noulet, avec C. Loriaux et Belga

C’est tout un symbole, l’Atomium, vitrine de la modernité belge de l’Exposition universelle de 1958, est entré dans la modernité du 21e siècle en devenant, ce lundi, le millionième bâtiment en Belgique à être raccordé à la fibre optique de Proximus.

Un foyer ou une entreprise supplémentaire y est connecté toutes les 15 secondes, ce qui fait de la Belgique le pays d’Europe où cette technologie permettant de l’Internet à haut débit se déploie le plus rapidement. Toutes ces connexions ne sont cependant pas actives.

Récemment, l’OCDE décrivait une Belgique à la traîne dans le déploiement de la fibre optique.

16% du pays couvert par la fibre optique

Proximus a lancé son plan "Fiber for Belgium" en décembre 2016, dont l’objectif est de déployer la fibre dans la grande majorité des entreprises et des centres urbains de Belgique et de couvrir au moins 70% de la population belge d’ici 2028. Le tout pour un investissement de 5 milliards d’euros. Le mouvement s’est accéléré en 2021 avec la création des co-entreprises Fiberklaar en Flandre et Unifiber en Wallonie, qui ont permis à l’opérateur d’augmenter la cadence mais aussi d’étendre son réseau de fibre aux zones à densité de population moyenne.

Désormais, plus d’un million de foyers et d’entreprises sont donc connectables à la fibre dans plus de 50 villes et communes, soit 17% des foyers et entreprises. D’ici la fin de l’année, ce chiffre aura bondi à 22%, ce qui donne une idée de la vitesse de déploiement, illustre Proximus.

C’est "un développement qu’on a accéléré énormément depuis trois ans, avec cette ambition de couvrir 10% de nouveaux foyers belges chaque année", explique Guillaume Boutin, l’administrateur délégué de Proximus. Quelque 170.000 clients avaient déjà activé leur connexion à la fin du premier trimestre 2022.

"C’est 16% du pays qui est couvert aujourd’hui. 100% de Bruxelles sera couvert d’ici 2025", se félicite Guillaume Boutin.

La ministre des télécoms relativise le retard belge dans le déploiement de la fibre

Petra De Sutter, la ministre fédérale des Télécommunications souligne l’importance du déploiement de la fibre optique en Belgique. Alors que la Belgique accusait en retard sur d’autres pays européens en la matière, la ministre relativise en mettant en avant la forte présence du câble "de télédistribution" dans notre pays. "Ce câble a toujours été de bonne qualité. La fibre va amener une meilleure qualité, mais économiquement, c’est normal qu’on ait pris un peu de retard dans le déploiement de la fibre, mais maintenant, on est en train d’accélérer", souligne Petra De Suter.

Quant aux zones blanches, ces zones où l’accès à l’internet rapide est très compliqué, voire impossible, là aussi, il y a de l’espoir. Ici, c’est la fibre optique, d’un côté, et d’autres solutions comme la 5G, de l’autre, qui devraient apporter des solutions. "Pour la 5G, on a demandé une connectivité de 99,8% au lieur de 98%", explique Petra De Suter. "Cela fait dix fois moins de zones blanches dans les années à venir", ajoute-t-elle. "Il y aura des nouvelles technologies qui vont combiner les réseaux fixes, donc la fibre, avec les réseaux mobiles pour qu’on ait une connectivité de haut début dans chaque foyer, chaque entreprise et chaque coin du pays", précise Petra De Suter.

Les avantages de la fibre optique

L’objectif est, à terme, d’avoir un réseau gigabit pour l’ensemble de la population et des entreprises, qui est en outre ouvert aux autres opérateurs.

Pour Proximus, le déploiement de la fibre optique, c’est "la fourniture de la meilleure infrastructure très haut débit pour tout le pays", souligne Guillaume Boutin, l’administrateur délégué de Proximus. Cette fibre optique est "très corrélée à la création de valeur, à la création de croissance, à la création d’emploi et à monde plus responsable et moins énergivore", estime Guillaume Boutin, ajoutant que la fibre, c’est "80% de dépenses énergétiques en moins par rapport aux technologies d’aujourd’hui".

Pour déployer son réseau de fibre optique, Proximus a besoin de bras. Trois mille personnes sont déjà impliquées dans le projet et l’entreprise semi-publique et ses partenaires en recherchent 3000 autres.

Présent pour l’occasion, le Premier ministre Alexander De Croo s’est réjoui "que cet investissement génère de l’emploi et de l’activité économique dans notre pays, puisqu’on estime que 60% de ce qui est investi dans le déploiement de la fibre retournent directement dans l’économie locale". Le fait de pouvoir compter sur une connectivité fiable et rapide est crucial pour la croissance de l’économie belge et pour le développement digital de la société, ont insisté les différentes autorités représentées lors de l’événement à l’Atomium.

Sur le même sujet

Saint-Gilles : l’installation de la fibre optique sur des façades passe mal

Actualités locales

Extension de la fibre optique par Proximus : "un investissement nécessaire mais peu rentable à court terme"

Belgique

Articles recommandés pour vous