Vie privée

"Pseudanonymat" : quand les start-ups du numérique engrangent de l'argent incognito

"Pseudanonymat" : quand les start-ups du numérique engrangent de l'argent incognito.

© Peter Dazeley

21 févr. 2022 à 09:00Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Entre nécessité de transparence et préservation de la vie privée, la révélation de l'identité des initiateurs d'une collection d'art numérique très lucrative a relancé le débat sur l'anonymat en ligne, surtout lorsque de fortes sommes d'argent sont en jeu.

Les "DAO" permettent l'anonymat total des entrepreneurs en ligne

"Gargamel" et "Gordon Goner" : jusqu'à ce que le site d'informations américain Buzzfeed dévoile leurs véritables noms début février, deux des fondateurs des "Bored Apes" n'étaient connus que sous ces pseudonymes. A leur actif, la vente d'images de singes sous forme de NFT, ces objets virtuels dont la valeur réside dans le certificat d'authenticité qui les accompagne et les rend uniques. Leur start-up Yuga Labs les commercialise à un prix unitaire pouvant dépasser 280.000 dollars à des célébrités comme Neymar ou des marques comme Adidas.

Sur Twitter, des membres intéressés par la cryptomonnaie, habitués à préserver leur anonymat, ont dénoncé les informations de Buzzfeed, s'insurgeant contre une divulgation forcée de données personnelles, aussi appelée "doxxing" en anglais.

"Pseudonyme n'est pas égal à anonyme", tempère Alexandre Stachtenko, expert en cryptomonnaies pour le cabinet KPMG. "Généralement, un pseudonyme implique que si vous mettez les moyens, vous arriverez à trouver qui il y a derrière mais que, pour le grand public, c'est un peu inaccessible."

Car si les acquéreurs de ces images ignorent qui ils financent, Yuga Labs fonctionne comme une société tout ce qu'il y a de plus classique, soumise au droit américain. Pour révéler l'identité de ses dirigeants, il suffisait d'accéder à des archives publiques.

En revanche, d'autres types de structures permettent un anonymat total, à l'image des organisations autonomes décentralisées ("DAO"). Ces structures sont contrôlées par des actionnaires anonymes qui détiennent un bout de l'entreprise enregistrée sur la blockchain ("chaîne de blocs"), à la manière d'une action en Bourse.

L'anonymat gage de sécurité ?

De nombreux collectifs anonymes ont monté des projets sur ce modèle. La cryptomonnaie Olympus a été lancée par "Zeus", et derrière celle de Port Finance, on trouve un certain "Code Monkey".

"Je n'ai pas besoin que le monde de la 'crypto' sache qui je suis, à quoi je ressemble, mes origines", confie "Owl of Moistness", qui a co-fondé Yield Guild Games, une start-up basée aux Philippines et centrée sur les jeux vidéo utilisant des NFT.

"Quand de l'argent est en jeu, les gens sont prêts à tout. Je ne veux pas courir le risque que des gens me braquent ou s'en prennent à ma famille", ajoute-t-il.

L'entrepreneur ne souhaite pas non plus dévoiler à son entourage la valeur de son patrimoine numérique, facilement accessible en ligne. En route pour une convention sur la cryptomonnaie à Denver (Etats-Unis), il raconte qu'il lui arrive de se montrer sous sa véritable identité à des personnes de son milieu qui partagent sa façon de penser.

Mais plus une entreprise s'agrandit, plus il est compliqué de rester un illustre inconnu. "Cela devient plus difficile si vous comptez étendre votre équipe", concède Soona Amhaz, partenaire associée chez Volt Capital, un fonds tourné vers les cryptomonnaies. Selon elle, les organisations "pseudanonymes" fonctionnent souvent avec une équipe réduite, ce qui ne les empêche pas d'engranger des bénéfices importants.

Attention aux escrocs qui "tirent le tapis" !

Les développeurs de certains projets n'hésitent pas parfois aussi à disparaître soudainement avec les fonds levés, une pratique connue sous le nom de "rug pull" ("tirer le tapis" en français).

L'un des derniers exemples en date : la cryptomonnaie AnubisDAO, lancée en octobre avec pour seuls étendards un compte Twitter et un logo. Moins d'une journée après son lancement, ses créateurs anonymes se sont volatilisés et avec eux l'équivalent de 60 millions de dollars, comme l'explique le cabinet d'analyse Chainalysis.

Mais Soona Amhaz estime que les organisations décentralisées permettent globalement davantage de transparence grâce au caractère public des actions réalisées sur la blockchain.

Elle y trouve un autre avantage de taille : "Si vous êtes 'pseudanonyme", peu importe que vous n'ayez pas fait la bonne école, que vous ne veniez pas de la bonne entreprise, de la bonne classe sociale ou ayez les bons pairs d'influence. C'est simplement votre travail qui est évalué".

Sur le même sujet

La CNIL, gardien de la vie privée des Français, s’attaque à Google et la Belgique pourrait faire la même chose

Info

Près de 2000 plaintes auprès de l’Autorité de protection des données en 2021

Articles recommandés pour vous