RTBFPasser au contenu
Rechercher

Dernières découvertes

Psychologie et lecture : entendez-vous une voix intérieure qui vous empêche de lire rapidement ?

Entendez-vous une "voix intérieure" lorsque vous lisez un livre ?

Savez-vous ce qu’est la subvocalisation ? C’est le fait de prononcer intérieurement les mots d’un texte alors que l’on est en train de lire silencieusement. Lorsque vous lisez une phrase, peut-être entendez-vous une voix off qui prononce les mots qui sont écrits.

Cela est souvent le résultat de la méthode d’apprentissage de la lecture, explique Franceculture. fr : l’enfant a appris à lire en déchiffrant les mots un à un. Il a prononcé à mi-voix le texte qu’il lisait, c’est un premier stade avant de s’entraîner à la "lecture silencieuse", selon le psycholinguiste français Jacque Fijalkow. Ensuite viendra le stade où l’élève comprendra ce qu’il lit.

Mais, selon ce psycholinguiste, il peut arriver que la subvocalisation ait une autre fonction, qu’il appelle "l’auto-langage" : dans ce cas, elle viendrait "au secours de la pensée mise en difficulté par le texte écrit". Lorsque l’on est confronté à une information que l’on ne peut comprendre immédiatement, on procéderait à une "auto-répétition" de celle-ci afin de se donner plus de temps pour la comprendre.

Maintenant, peut-être vous demandez-vous si ce processus de subvocalisation ralentit le rythme de lecture d’un texte, et aussi le temps mis à comprendre ce texte. Selon le site du rédacteur digital Kevin De Temmerman, la vitesse moyenne de la parole est de 180 mots par minute et la vitesse moyenne de lecture chez un lecteur moyen est de 200 mots par minute.

Peut-on mentalement accélérer le rythme de lecture ? Oui, mais cela deviendrait compliqué au-delà de 350 mots par minute. Et cela peut nuire à la compréhension du texte lu.

Les méthodes pour apprendre la lecture rapide proposent parfois de supprimer la subvocalisation. Par exemple en comptant mentalement 1-2-3-4 tout en lisant un texte. Cela demande de l’entraînement en commençant très lentement et puis en accélérant progressivement. Une autre méthode consiste à prononcer régulièrement des "hum" dans sa tête. Il faudrait s’entraîner comme un athlète de haut niveau. Il existe des championnats de lecture rapide.

Plusieurs études confirment que le cerveau est en effet capable de faire taire la subvocalisation (et d’accélérer le rythme de lecture), mais seulement par moments. En effet la subvocalisation nous aide pour comprendre, mais aussi pour assimiler et mémoriser. A quoi bon lire plus vite si l’on ne comprend qu’à moitié ?

Sur le même sujet

A lire : Grégor Péan - La seconde vie d’Eva Braun

Le mug

Le coup de foudre : mythe ou réalité ?

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous