Patrimoine

Quand des touristes trouvent un trésor datant de l’Empire romain au fond de la mer

Photo d’illustration

© Getty images

Qui n’a jamais rêvé de trouver un trésor au fond de la mer ? C’est ce qui est arrivé à deux touristes espagnoles au large de la ville de Xàbia, dans la province d’Alicante. Les deux plongeurs amateurs ont pu faire remonter à la surface 53 pièces d’or datant de la fin de l’Empire romain.

Loading...

Luis Lens Pardo et César Gimeno Alcalá sont en vacances sur les bords de la Méditerranée avec leur famille. Les deux hommes sont plongeurs amateurs, et l’occasion se présente évidemment pour eux de s’adonner à leur hobby dans les eaux bleues de la baie de Portitxol. Mais ils ne s’attendaient sans doute pas à faire une telle découverte lors de leur sortie, en ce 23 août.

S’ils ont enfilé palmes et tubas, c’est avant tout pour ramasser les déchets qui polluent les fonds marins. Alors qu’ils s’attellent à leur tâche, le regard de Luis est attiré par une lueur brillante entre deux rochers. Comme il l’a raconté au journal espagnol El País, l’homme pense d’abord avoir trouvé une pièce de 10 cents. Mais à y regarder de plus près, il se rend compte que la pièce qui se trouve là ne ressemble en rien à un euro, ni à aucune autre devise actuelle.

Les deux plongeurs remarquent en effet qu'elle est frappée d’un visage ancien, grec ou romain pensent-ils. Munis seulement d’un canif, ils parviennent à extraire huit autres pièces de la cavité en plus de deux heures. Conscients que la découverte qu’ils ont faite est exceptionnelle, les deux beaux-frères alertent les autorités et leur indiquent l’endroit où se cache ce véritable trésor.

Loading...

Quelques jours plus tard, c’est cette fois une équipe de plongeurs professionnels de la Guardia Civil, accompagnée par les scientifiques de l’Université d’Alicante (UA) et d’experts de la municipalité de Xàbia, qui met au jour au total 53 pièces datant des 3e et 4e siècles, soit la plus grande collection de pièces romaines jamais découverte en Europe. Jaime Molina, professeur d’Histoire ancienne à l’UA et directeur des fouilles, a déclaré à El País que la découverte n’était pas commune, car les pièces retrouvées sont "dans un parfait état de conservation".


► A lire aussi : Un voleur italien restitue des monnaies antiques après s’être confessé à un prêtre


 

Loading...

L’Université d’Alicante a réussi à identifier certains des empereurs figurés sur les pièces d’or, et à les rattacher, grâce aux inscriptions encore lisibles, au règne de certains autres. Les écus ont été frappés aux périodes des empereurs Valentinien I, Valentinien II, Théodose I, Arcadius ou encore Honorius. Leurs règnes s’étalent sur deux siècles qui correspondent à une période troublée pour l’Empire romain d’Occident, proche de sa chute. Selon le professeur Molina, les pièces ne proviennent pas d’une épave, mais auraient plutôt été cachées ou jetées à la mer depuis un navire en passe d’être piraté par des Alains, un peuple provenant d’Iran et ayant migré vers la péninsule ibérique.

La trouvaille nous parle d’un contexte de peur, d’un monde qui se termine – celui de l’Empire romain.

Après son étude complète et sa restauration, le petit trésor sorti des flots sera rendu à la municipalité de Xàbia, qui compte bien l’exposer dans son musée archéologique. Le site de la découverte dans la baie de Portitxol, réputée pour ses nombreuses trouvailles archéologiques sous-marines, sera quant à lui bientôt à nouveau fouillé, le gouvernement de la Communauté valencienne ayant débloqué des fonds dans l’espoir de faire d’autres trouvailles du genre.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous