Exposition - Accueil

Quand Namur se la joue digitale : KIKK Festival 11e édition de jeudi à dimanche

Ophelia does Backstroke, Natalie Paneng

© Tous droits réservés

4 jours de fête avec des pixels dans les yeux: c'est le pari de l'offre grand public du KiKK, festival des cultures digitales à la croisée de l'art, des sciences et des technologies. Une 11e édition au titre optimiste (en ces temps troublés, comme on dit banalement) "Tales of Togetherness", histoires d'empathie, de connexions, de relations aux autres, humains et non humains. Pour les 30.000 personnes attendues, le KIKK In Town c'est la chasse aux trésors numériques à travers une vingtaine de lieux : des impressionnantes installations immersives à la plus discrète des œuvres sonores. 

Le fake orgasme de Donald Trump, un des bustes de Beautiful Agony de Joan Fontcuberta & Pilar Rosado.
Le fake orgasme de Donald Trump, un des bustes de Beautiful Agony de Joan Fontcuberta & Pilar Rosado. © Tous droits réservés

Et pour les techno-freaks de tous âges, le Graal c'est le MARKET : têtes blondes et cheveux gris s'agglutinent autour des stands de la quarantaine de start ups belgeset internationales qui présentent des produits ou des prototypes innovants.  

Les gants HaptX DK2 utilisés pour la VR et la télérobotique
Les gants HaptX DK2 utilisés pour la VR et la télérobotique © HaptX Inc

La réalité virtuelle est évidemment bien présente au MARKET avec des usages ludiques mais aussi, évolution attendue, des services orientés vers les entreprises. Cette année, on pourra aussi, entre autres, tester des gants HaptX pour avoir la sensation réaliste du toucher virtuel, s'offrir une tranche d'Art thérapie immersive, se lancer dans l'animation de personnages en 3D avec capture de mouvements, découvrir les recherches sur l'aide à l'apprentissage de la langue des signes grâce à l'intelligence artificielle et une simple webcam, écouter les promesses de la VR pour la formation et la gestion du stress en entreprise et, grande tradition namuroise, le traditionnel stand vélo: cette fois le cadre de vélo en bois 100% belge, par exemple de la Forêt de Soignes.  

 

Zafi Cycles, le vélo en bois belge !
Zafi Cycles, le vélo en bois belge ! © Tous droits réservés
EyeHarp, ceci est un instrument de musique
EyeHarp, ceci est un instrument de musique © EyeHarp Association

Mais ce qui va nous bluffer c'est la technologie derrière EyeHarp, un instrument de musique qui se joue avec le mouvement des yeux ou de la tête. L'association EyeHarp est une entreprise sociale dont la mission est d'améliorer la qualité de vie des personnes moins valides par la musique. Et favoriser l'inclusion sociale pour la pratique artistique. 

Loading...

L'art pour se faire du bien, c'est aussi le projet du néerlandais Teun Vonk avec son installation The Phycal Mind ou comment se décrisper le corps et l'esprit. Simple: déstresser en se laissant presser entre deux coussins gonflables. "Paradoxalement, ce stimulus physique forcé réduit les sentiments d’anxiété et, paradoxalement, le stress et la réaction de fuite ou de combat disparaissent" nous dit-on. De quoi alléger le poids de l’existence qui pèse sur nos épaules. Il risque d’y avoir la file au Delta...

The Physical Mind, Teun Vonk
The Physical Mind, Teun Vonk © Tous droits réservés

Toujours dans le plaisir, mais physique et sans issue... l'oeuvre Beautiful Agony du duo espagnol Joan Fontcuberta & Pilar Rosado. A partir d’une banque de données de portraits d'hommes et de femmes en plein orgasme (tirés de la page www.beautifulagony.com sur laquelle des milliers d’utilisateurs publient leurs vidéo-selfies après avoir garanti que leur orgasme est authentique), ils ont utilisé le deep learning, technique d'apprentissage automatique, pour générer les portraits de personnes inexistantes au moment de jouir. La technologie utilisée permet d’identifier les expressions caractéristiques de l’orgasme et de transférer leur typologie de traits sur n’importe quel visage. Nous voilà prévenu.e.s.

Beautiful Agony du duo espagnol Joan Fontcuberta & Pilar Rosado. Parfois la machine s'emballe...
Beautiful Agony du duo espagnol Joan Fontcuberta & Pilar Rosado. Parfois la machine s'emballe... © Tous droits réservés

Parmi les innombrables installations, on peut noter les artistes tagués #AfriKiKK dont Tabita Rezaire, basée en Guyane qui mêle technologie et spiritualité. "Son chemin en tant qu’artiste, dévote, yogi, doula et agricultrice est orienté vers la manifestation du divin en elle et au-delà." peut-on lire sur le site du KIKK et encore "Tabita se consacre à devenir une mère pour le monde." Son travail a été présenté au palais de Tokyo, au MOMA, à la Tate Modern. On est curieux de découvrir l'œuvre Deep Down Tidal qui explore le pouvoir de l'eau, au grand Manège.

A l'opposé de cet ésotérisme techno-spirituel, l'humble proposition The Library of the Winds de Haseeb Ahmed nous donne de l'air. L'artiste américain propose de nous laisser piocher dans le catalogue des vents qui traversent notre planète, de nous en faire écouter le son et sentir un peu de la force sur nos joues.

The Library of the Winds, Hasseb Ahmed. installation sonore à l'Ecole Sainte-Marie
The Library of the Winds, Hasseb Ahmed. installation sonore à l'Ecole Sainte-Marie © Tous droits réservés

En pratique :

cette année, le parcours KIKK In Town (20 lieux différents et l'expo Biotopia au Pavillon) est payant: 5 euros (gratuit pour les - de 16 ans). Tickets sur place ou en ligne, à retirer au Pavillon (Citadelle, navette ou téléphérique), au Delta (Av.Golenvaux,18) ou à La Bourse (Place d'Armes). De jeudi 27 à dimanche 30 octobre de 10H00 à 18H00.

Le MARKET reste gratuit, Place d'Armes. Ouvert tous les jours de 10H00 à 18H00. Excepté le dimanche, de 10H00 à 16H00 

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous