RTBFPasser au contenu
Rechercher

Inside

Quand un "vieux" contenu web resurgit : hasard ou recyclage ?

"Je ne l’avais pas déjà lu, cet article ?"
02 juil. 2022 à 10:00 - mise à jour 05 juil. 2022 à 13:58Temps de lecture6 min
Par Thomas Dechamps, journaliste à la rédaction RTB Info, pour Inside

C’est un bond clair et net, presque une barre à la verticale, dans ses statistiques d’audience. Ce jour-là, Nicolas Koussa, social manager à la RTBF, se demande comment une vidéo publiée il y a plus de six mois se retrouve soudain dans les meilleures tendances de la page Facebook de "Vews" dont il a la charge : "Tous les mois je fais les stats et donc je regardais un peu comment ça se fait que cette vidéo était tout d’un coup dans le Top 10," se remémore-t-il.

Un bref coup d’œil à l’historique de la vidéo montre qu’effectivement elle est restée bloquée aux alentours de 10.000 vues pendant plusieurs mois avant d’exploser et d’atteindre les 4 millions de vues en très peu de temps. "Et je remarque qu’en fait la vidéo a fait sa vie en Afrique, d’abord à Madagascar puis en Côte d’Ivoire. Donc à mon avis une personne malgache, sans doute avec une bonne communauté, a dû tomber dessus et la partager. Comme quoi il suffit de tomber sur le bon mur de la bonne personne et ta vidéo va partir hyper loin", s’amuse Nicolas. Voilà un exemple type de la nouvelle vie que s’offrent parfois sans prévenir les contenus web. Presque éternels sur la Toile et affranchis des frontières, ils se mettent parfois à voyager au bout du monde, voire à faire des come-back inattendus.

La courbe d’audience d’une vidéo Vews qui a attiré l’œil de notre social manager…
La courbe d’audience d’une vidéo Vews qui a attiré l’œil de notre social manager… © Tous droits réservés

►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres : tout sur la démarche Inside de la rédaction ici.

Une renaissance… plus ou moins volontaire

Enfin, inattendus… pas toujours tant que ça. Car si Nicolas Koussa s’est déjà laissé surprendre plus d’une fois par la seconde vie d’une vidéo, pour d’autres, c’est bien lui qui est à l’origine de leur résurrection : "De manière volontaire, on va aussi republier des vidéos. Soit parce qu’elles ont un sujet assez 'froid' et que, des mois plus tard, ça reste toujours d’actualité, soit parce qu’elles avaient bien fonctionné à l’époque, soit parce qu’au contraire c’était une vidéo en laquelle on croyait mais qui n’a pas bien marché et là aussi parfois on est surpris des scores qu’elle peut faire au second essai", explique-t-il. Une pratique courante puisque, chez "Vews", chaque semaine les mardis et les jeudis sont dédiés au partage de vidéos plus anciennes. Des vidéos marquées du sigle "Throwback" sur Instagram qui signifie "retour en arrière".

On ne va pas faire semblant qu’on vient de l’écrire

Rien d’anormal en effet au fait de republier un contenu pour lui donner une seconde chance. Du côté de la rédaction du site Info de la RTBF, on ne s’en prive pas non plus même si c’est plus occasionnel : "La raison principale pour ressortir un article ancien, c’est que le sujet revient dans l’actualité", commence Xavier Lambert, journaliste et éditeur du site Info de la RTBF. Dans l’actualité internationale notamment, des personnes dont on n’a plus entendu parler depuis un certain temps reviennent parfois sur le devant de la scène : "Là, si on a déjà fait un portrait complet, bien documenté et qui a nécessité un long travail de recherche, c’est évidemment intéressant d’aller le rechercher. Même s’il faut souvent l’actualiser un peu", continue Xavier. À côté des portraits, il existe en réalité tout un tas de raisons pour faire "remonter" un article paru précédemment : ici, ce sont les déboires judiciaires à répétition de l’ex-président français Nicolas Sarkozy ou dans cet autre article, c’est la disparition de la joueuse de Tennis chinoise Peng Shuai qui relance les appels au boycott des JO d’hiver de Pékin…

De la même manière, quelques articles ressortent même du panier de la rédaction chaque année, à date fixe, comme celui sur les fausses idées que l’on se fait sur la Noël par exemple : "il y a une année où on a fait un gros travail de recherche sur ce sujet et ça n’aurait pas beaucoup de sens de le refaire chaque année", nous confie Xavier Lambert. "Et tous les ans il y a des gens qui se demandent quelle est l’origine de cette fête ou du Père Noël. Et bien là typiquement c’est cet article qu’on ressort", révèle-t-il. Evidemment, cela ne veut pas dire non plus que tous les articles RTBF liés aux fêtes ou aux événements récurrents sont des "resucées" d’années antérieures. Lorsque c’est le cas, la mention "article initialement paru le…" ou éventuellement simplement "mise à jour" apparaît de toute façon en toute transparence. "On ne va pas faire semblant qu’on vient de l’écrire", tient à préciser Xavier.

La rediffusion est encore un peu taboue dans la Presse et sur le web mais elle ne devrait pas forcément l’être

Ailleurs aussi, on fouille dans les archives

Les anniversaires et les commémorations d’événements sont évidemment aussi des moments propices à la republication d’articles. À la RTBF mais pas seulement, comme nous l’explique Grégoire Nappey, rédacteur en chef adjoint au journal "Le Temps", le quotidien de référence en Suisse romande : "Oui, un exemple très récent, et assez révélateur à mon avis, c’est quand la semaine dernière on a ressorti un article de notre rubrique sportive qui avait bien marché, à l’occasion de l’anniversaire de la victoire de la Suisse contre la France à l’Euro", nous raconte-t-il. "Il y a aussi une question de valorisation du trafic, une question d’audience", reconnaît spontanément le journaliste suisse.

D’ailleurs, à Genève une réflexion est en cours pour valoriser de manière plus systématique d’anciens contenus de qualité, ce que notre interlocuteur appelle "des contenus de référence", des articles qui seraient archivés comme utiles à ressortir lorsque tel ou tel sujet revient dans l’actualité. Un peu à la manière de ce qui se fait déjà chez nous au cas par cas mais d’une façon plus centralisée. "On ne se l’interdit pas en tout cas", résume Grégoire Nappey. "Et on va même essayer de structurer cela. Je pense que la rediffusion est encore un peu taboue dans la Presse et sur le web mais qu’elle ne devrait pas forcément l’être", conclut-il.

Du papier au numérique

Ailleurs encore, cette envie de valorisation du travail passé peut parfois nécessiter un véritable travail d’archiviste. Contactée par nos soins, la rédaction du journal français Libération, par exemple, nous confirme apprécier l’exercice : "Pour certains événements, il nous arrive aussi d’aller piocher dans nos archives avec l’aide de nos documentalistes. Le but est de montrer le regard que nous portions à une certaine période sur un événement ou une personnalité. Nous le remettons en avant sur nos réseaux sociaux ou dans un article avec du contexte", nous explique-t-on. En témoigne notamment l’édition spéciale que le journal a consacrée aux quarante ans de l’élection de François Mitterrand en mai 2021 et qui comportait un récit daté de mai 1981. Ou encore cet article original datant de 1991, année de la sortie de l’album "Nevermind" de Nirvana, posté le jour des 30 ans du disque. Un article d’ailleurs diffusé "tel quel", sur la page Instagram de Libération, avec la mise en page de l’époque, pour son petit côté "vintage" appréciable.

© Tous droits réservés

Sans surprise, la première cause de republication d’un article, tous médias confondus, c’est bien sûr le décès d’une personnalité. En guise d’hommage, certains journaux ressortent alors par exemple un grand entretien avec la personne disparue, comme dans cet article du "Temps". De ce point de vue, Libération se distingue à nouveau par son importante réserve de portraits puisque chaque édition en contient un en "der", en dernière page du journal. Encore récemment, le célèbre paléontologue français Yves Coppens a ainsi refait la "Une" de leur site web, avec ce portrait pourtant réalisé deux ans plus tôt.

On le voit, de nos jours la numérisation des contenus et leur sauvegarde permet de plus en plus aux contenus journalistiques de refaire surface de manière plus ou moins impromptue. Même les contenus diffusés en "linéaire", en radio et en télévision, se voient maintenant généralement offrir une nouvelle vie sur la Toile. Chez nous, c’est bien sûr la plateforme Auvio qui permet cela, sans compter que ces contenus vont très souvent venir compléter les articles web de la rédaction.

►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres… Sur la page INSIDE de la rédaction, les journalistes de l’info quotidienne prennent la plume – et un peu de recul – pour dévoiler les coulisses du métier, répondre à vos questions et réfléchir, avec vous, à leurs pratiques. Plus d’information : là. Et pour vos questions sur notre traitement de l’info : c’est ici.


Edit 7 juillet 2022 : Cet article lui-même se voit offrir une seconde vie, avec lifting du titre et de la photo, trois jours après la première publication… L’aviez-vous remarqué ?


 

Articles recommandés pour vous