RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Luxembourg

Quatre jours pour mettre en avant la petite enfance, les accueillantes et leurs difficultés

02 déc. 2021 à 12:14 - mise à jour 02 déc. 2021 à 13:25Temps de lecture3 min
Par Cathy Massart avec Philippe Herman

Avec la crise sanitaire, le personnel des crèches et autres lieux d'accueil des enfants, connaissent encore des situations difficiles. La semaine prochaine, l'asbl "Promemploi" et ses partenaires organisent "4 jours de rencontres pour les professionnels de la petite enfance en Province de Luxembourg". L'occasion de prendre le pouls du secteur qui s'est retrouvé en première ligne depuis le début de la pandémie.

"Aujourd’hui, on peut dire que le secteur est épuisé mais il est toujours fidèle au poste, déclare Sylvie Lefèvre, directrice de l'asbl "Promemploi". Depuis le début de la pandémie, les structures d’accueil de la petite enfance et les opérateurs d’accueil temps libre sont sur la brèche. L’accueil extra-scolaire, nous préférons vraiment qu’on utilise ce terme-là et qu’on ne parle plus de garderie car cela fait dresser les cheveux de tout le monde. Ce secteur est resté tout le temps sur le pont. Il a été malmené, notamment, en étant appelé à la rescousse en cas de fermeture d’écoles du jour au lendemain. Mais il resté fidèle au poste, au service des enfants et des familles. Par contre, nous sommes confrontés à une pénurie de main-d’œuvre. Les métiers de l’accueil devraient être déclarés en pénurie par le Forem parce que les recrutements sont vraiment très difficiles."

Concurrence du Grand-Duché de Luxembourg

Ce qui caractérise l'accueil de l'enfance dans la Province, c'est une très grande disparité des situations, en termes d'offres et de places occupées dans les communes, mais partout le constat est le même : la proximité du Luxembourg (et ses salaires élevés) rend la situation compliquée. Le Grand-Duché a aussi créé les chèques-services accueil qui permettent aux frontaliers d'inscrire leur(s) enfant(s) de l'autre côté de la frontière avec certaines conséquences. "Nous avons constaté des désinscriptions ou des enfants qui quittaient leur milieu d’accueil pour être accueillis au Grand-Duché de Luxembourg, précise Sylvie Lefèvre. Cela entraîne des fermetures, principalement auprès des accueillants indépendants et des maisons d’enfants."

Accueillir les personnes porteuses d'un handicap

Les "4 jours pour l'accueil de l'enfance" permettront, entre autres, de faire le point sur un projet européen qui vise une meilleure inclusion des personnes porteuses d'un handicap dans les structures d'accueil. "Ce projet européen avait pour objectif de donner des moyens supplémentaires sur le terrain en organisant, par exemple, des voyages d’étude, précise Sylvie Lefèvre. Dans le cadre de ce projet, nous avons emmené des équipes à Lille, à Lyon, à Lausanne et au Grand-Duché de Luxembourg pour voir comment, dans ces contextes un peu différents du nôtre, on travaillait l’inclusion ; quels moyens étaient mis à disposition et comment les équipes procédaient. C’est toute cette richesse qu’on va à présent partager."

Une plateforme d'échanges

Puis, les "4 jours pour l'accueil de l'enfance", c’est également une mise au point concernant un projet de plateforme d'échanges pour mieux préparer les futures accueillantes. "Quand on écoute les professionnels sur le terrain, on entend souvent "J’ai accueilli un stagiaire mais il n’est pas bien préparé et il ne sait pas vraiment ce que c’est travailler dans un milieu d’accueil", poursuit Sylvie Lefèvre. "Dès lors, nous nous sommes dit pourquoi ne pas renforcer les possibilités de faire connaissance, de se comprendre et de construire ensemble en amont. Donc, nous avons construit des lieux déchange entre les formateurs, les enseignants et du personnel des milieux d’accueil pour mieux se connaître ; et finalement, mieux préparer les futurs professionnels qui vont rentrer en fonction sur le terrain de l’accueil."

Exposition interactive

"Enfance chercheur d’or" est le nom d’une exposition à voir du 4 au 9 décembre au centre culturel de Bastogne. La conceptrice est allée chercher des images d’enfants en posture de création dans une diversité de pays du monde. Ce qui permet de voir comment la créativité des enfants s’exprime dans différents contextes. Cette exposition s’adresse aux adultes et aux enfants à partir de 3 ans. Elle est également interactive par le biais d’un système de post-it. Plus de détails sur le programme sur le site internet de "Promemploi".

 

Articles recommandés pour vous