Matière grise

Que se passe-t-il dans le cerveau des joueurs de poker ?

Que se passe-t-il dans le cerveau des joueurs de poker ?

© Tous droits réservés

Le poker est un cocktail explosif de stress et d’adrénaline. Les meilleurs joueurs de la planète ont transformé ce jeu en sport de haut niveau dont le principal atout pourrait bien être… le cerveau. Que s’y passe-t-il par exemple lorsqu’un joueur bluffe ? Des chercheurs ont voulu en savoir plus, et leurs découvertes sont étonnantes.

Un cerveau à la mémoire surentrainée

Pour mieux comprendre, ils ont fait passer dans une machine à IRM (imagerie à résonance magnétique) un groupe de joueurs professionnels, puis un groupe de personnes lambda. Et ils ont pu constater un certain nombre de différences.

Tout d’abord en ce qui concerne l’un des types de mémoire, la mémoire immédiate, que l’on appelle la mémoire de travail : très utile pour retenir des informations à court terme, comme un numéro de téléphone par exemple, son siège se trouve dans le cortex préfrontal. Sans surprise, cette zone était particulièrement développée chez les joueurs de poker, sans surprise : en effet, à la manière de sportifs de haut niveau, ils l’avaient entraînée sans relâche dans leur pratique.

…D’autres expériences ont eu des résultats étonnants : toujours via une machine à IRM, les chercheurs ont observé ce qu’il se produisait lorsque des joueurs pro et des personnes lambda jouaient à des jeux de pur hasard n’exigeant aucune stratégie : le circuit de la récompense, qui s’active automatiquement dans le cerveau lorsqu’on s’adonne à ce type de jeu, était beaucoup moins actif chez les joueurs de poker. Pourquoi ? Parce que ces derniers maitrisent beaucoup mieux leurs émotions : leur joie sera ainsi bien moins visible lorsque leur jeu comprend de belles cartes.

L’art du bluff, une maitrise des interactions sociales

Qu’en est-il du bluff, cette phase cruciale du poker ?  Lorsqu’un joueur s’adonne au bluff ou tente de le déceler chez son adversaire, il entre en fait en interaction sociale avec lui. Ce mécanisme touche un autre endroit de notre cerveau, situé à l’arrière de la tête. Et chez le joueur de poker, les chercheurs ont constaté qu’il y avait 80% de matière grise en plus dans cette zone en comparaison à un panel de 400 personnes ordinaires : en tacticien consommé, il se montre bien meilleur dans ses interactions sociales, il sait donc beaucoup mieux bluffer et détecter le bluff chez autrui.

Des joueurs peu influencés par leurs émotions

Enfin, les scientifiques ont soumis les deux groupes (joueurs de poker et personnes lambda) à une drôle d’expérience : tout en s’adonnant à une tâche qui demandait beaucoup de concentration, les participants recevaient ponctuellement des décharges électriques douloureuses. Chez les personnes ordinaires, l’appréhension face à la prochaine décharge diminuait sensiblement la concentration. Mais ce n’était pas le cas chez les joueurs de poker : ils avaient beau ressentir la douleur, ils parvenaient à l’inhiber et à rester centrés sur leur tâche. Leur cortex, la région du contrôle, semblerait beaucoup plus efficace que la moyenne pour prendre des décisions logiques, sans être influencé par les émotions.

Alors, les joueurs de poker, de véritables cyborgs ? Comme le disait un célèbre joueur : quand on joue au poker, ce n’est pas la qualité des cartes qui déterminera votre réussite, mais bien ce que vous en faites…

Et retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (23h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

La musique nous rend-elle intelligents ?

Sciences et Techno

Articles recommandés pour vous