Belgique

Quels salaires seront augmentés à partir de janvier ? De quel montant ? Et quand les autres le seront-ils ?

© GettyImages - Glow Images

Janvier 2023 rimera avec indexation des salaires pour de nombreux salariés belges. Ce sera principalement le cas de la plupart des employés du secteur privé, ceux qui dépendent de la commission paritaire 200. Ils sont environ 500.000, répartis dans 60.000 entreprises et devraient voir leur salaire augmenter de plus de 10%.

D’autres travailleurs bénéficieront aussi d’une indexation en janvier, mais dans une moindre mesure. Il s’agit de travailleurs dépendant de secteurs où l’on indexe les rémunérations en janvier et en juillet.

De nombreux mécanismes d’indexation coexistent en Belgique. On trouve ainsi des indexations sur base trimestrielle, des indexations annuelles à un autre moment qu’en janvier, des indexations réparties sur l’année en fonction de l’évolution de l’indice pivot, des indexations mensuelles, voire, parfois, pas de mécanismes d’indexation du tout.

Voici un aperçu des différents cas de figure pour un certain nombre de secteurs d’activité.

Qui sera indexé en janvier ?

De nombreux travailleurs vont voir le montant de leur salaire bondir de quasi 10% en janvier prochain. Ils sont nombreux à attendre cette indexation car, contrairement aux travailleurs d’autres secteurs ou aux fonctionnaires, leur salaire n’a plus changé depuis un an, malgré la forte inflation et l’augmentation du coût de la vie.

Qui sont-ils ? Il s’agit d’abord d’un demi-million d’employés qui appartiennent à la commission paritaire 200, la "CP auxiliaire pour employés". "C’est la plus grosse commission paritaire de Belgique. Elle ne concerne que des employés. C’est tous les employés qui ne sont pas dans un secteur spécifique", explique Laurence Philippe, Legal expert (juriste, ndlr) chez Partena Professional.

Ces salariés, qui ont toujours touché la même rémunération au cours de l’année 2022 vont toucher, en une fois, l’indexation qui correspond à l’inflation d’une année.

Outre la commission paritaire 200, d’autres secteurs ne connaissent qu’une indexation par an, en janvier. Ils bénéficieront eux aussi de ce bond d’une dizaine de pourcents en janvier 2023. C’est le cas, par exemple, de l’industrie alimentaire, du commerce alimentaire, du secteur des tuileries, des secteurs connexes aux constructions métalliques, mécaniques ou électriques, du commerce international, du transport et de la logistique, de l’Horeca, des attractions touristiques et du secteur de la gestion immobilière.

Loading...

D’autres travailleurs seront indexés en janvier mais dans une moindre mesure

D’autres travailleurs bénéficieront aussi, dans une moindre mesure, d’une indexation en janvier. Il s’agit des travailleurs relevant de secteurs où l’on indexe les salaires deux fois par an à des moments fixes, en janvier et juillet. Depuis début juillet, donc, les rémunérations de ces travailleurs tiennent déjà compte des effets de l’inflation du début d’année 2022. En janvier 2023, l’adaptation des salaires prendra en considération l’inflation enregistrée lors de la seconde moitié de l’année.

Ce système concerne, par exemple, les travailleurs de la commission paritaire 129 (production des pâtes, papiers et cartons), de la CP 136 (transformation du papier et du carton), le personnel non naviguant du secteur de la pêche en mer, les travailleurs de la CP 146 (entreprises forestières), de la CP 148 (fourrure et peau en poil), l’industrie de l’habillement et de la confection.

Seront aussi indexés en janvier les travailleurs qui sont occupés dans des secteurs relevant d’une commission paritaire où des indexations trimestrielles sont prévues. C’est le cas, par exemple, de la construction (voir ci-après).

Indexation sur base de l’indice pivot

A l’instar des salaires des fonctionnaires et des allocations sociales, les salaires de certains travailleurs évoluent sur base de l’indice pivot. Au rythme de l’inflation, chaque fois que l’indice pivot est franchi, cela entraîne une indexation. "Là, on fixe un certain indice. Chaque fois que cet indice augmente de 2%, les rémunérations augmentent aussi de 2%", explique Laurence Philippe, juriste chez Partena Professional.

Pour ces travailleurs, 2022 a été une année hors-norme car elle a connu plusieurs franchissements d’indice pivot et donc plusieurs indexations. "Si l’inflation est très faible, on peut peut-être attendre un an ou deux, à certaines périodes, avant d’avoir ce saut", rappelle Laurence Philippe.

Ainsi, en 2023, selon les prévisions actuelles, l’indice pivot pour les salaires dans la fonction publique et pour les allocations sociales ne devrait être franchi qu’une fois, au printemps prochain. Il n’y aurait ainsi qu’une seule indexation des salaires sur base de ce système à attendre l’an prochain.

Attention toutefois, les indexations sur base de l’indice pivot ne se font pas forcément au même moment dans tous les secteurs concernés. "Il y a plusieurs manières de fixer l’indice pivot", explique Laurence Philippe. "Dans tout ce qui est secteur non-marchand, ils vont avoir la même indexation que pour les fonctionnaires", ajoute-t-elle. Mais ce n’est pas le cas partout. "Des secteurs suivent un indice pivot, mais l’indice pivot peut être différent. Parfois, dès que cet indice est dépassé, on est indexé de 2% le mois suivant […] et parfois, c’est de 2% ou de 1%. Dans d’autres secteurs, cela va être deux mois après", précise Laurence Philippe.

Loading...

Certains salaires sont indexés une fois par an, mais pas en janvier

Pour plusieurs secteurs, l’indexation des salaires intervient de manière annuelle, mais à un autre moment qu’en janvier.

Ainsi, dans la commission paritaire 112 (entreprises de garage), les salariés seront indexés en février. Même chose pour les carrossiers (CP 149.02)

Dans la commission paritaire 105 (métaux non-ferreux), l’indexation annuelle se fait en mai.

Dans la CP 111 (constructions métalliques, mécanique et électrique), c’est en juillet que les salariés sont indexés.

Loading...

Des indexations trimestrielles

Dans certains secteurs, l’indexation est trimestrielle. C’est le cas, par exemple, dans la construction, l’industrie du bois, l’ameublement et l’industrie transformatrice du bois ou dans d’autres secteurs tels que les travaux agricoles et horticoles ou l’industrie des tabacs.

Selon les secteurs, il y a aussi des variantes. "Il y en a où c’est trimestriellement, mais uniquement si l’on dépasse un certain pourcentage d’indexation", explique Laurence Philippe, de Partena Professional.

Loading...

Un système d’indexation mensuelle

Ils sont beaucoup plus rares, mais certains secteurs connaissent une indexation mensuelle. C’est le cas dans l’industrie et le commerce du pétrole et dans le secteur du gaz et de l’électricité.

Loading...

Certains secteurs n’ont pas déterminé de mécanisme d’indexation

Enfin, certaines commissions paritaires n’ont pas prévu de mécanisme d’indexation s’imposant à toutes les entreprises du secteur. C’est le cas du secteur de la gestion des aéroports ou encore de celui des sports. C’est aussi ainsi que fonctionne la commission paritaire 335, celle des organismes sociaux où l’on retrouve notamment les secrétariats sociaux.

Dans ces secteurs où rien n’est organisé de manière encadrée, il pourrait arriver que l’employeur ne prévoit pas de mécanisme d’indexation. Mais souvent, comme dans la commission paritaire 335, on s’inspire de ce que font d’autres secteurs. "Il y a beaucoup d’entreprises qui disent 'on va suivre les règles applicables à la commission paritaire 200, la CP auxiliaire pour les employés'. Ils décident de suivre les sociétés de ce secteur-là", explique Laurence Philippe, de Partena Professional. "Donc, ce n’est pas parce que le secteur n’a rien prévu que forcément, dans l’entreprise, il n’y a rien qui se passe", ajoute-t-elle. Bref, là où rien n’est organisé, soit on invente son propre mécanisme d’indexation, soit on se réfère au mécanisme utilisé dans un autre secteur.

Ce sont là les principaux modes d’indexations des salaires utilisés en Belgique par les différentes commissions paritaires et sous-commissions. Il en existe un peu plus de 330 dans lesquelles sont regroupés les entreprises et leurs salariés.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous